Suppression des visas entre le Maroc et la Colombie

Diplomatie: suppression des visas entre le royaume du Maroc et la Colombie




Le Royaume du Maroc et la République de Colombie, ont signé, mardi 6 avril 2021, deux accords bilatéraux et deux mémorandums d’entente (MoU), lors d’une visioconférence entre le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, Nasser Bourita, et la ministre des Relations extérieures de Colombie, Claudia Blum.

Paraphé par Nasser Bourita et la ministre colombienne, le premier accord relatif aux services aériens vise à organiser progressivement l’ouverture réciproque des marchés aériens des deux pays et comporte des dispositions relatives à l’octroi de droits de trafic, aux autorisations d’exploitation des entreprises de transport aérien, aux redevances et droits de douane, à la représentation commerciale des entreprises, aux tarifs et transferts de recettes.




Le second accord, correspondant à l’exemption mutuelle de visas, consiste à exempter les ressortissants d’un pays titulaires d’un passeport ordinaire et les titulaires d’un passeport diplomatique de l’obligation de visa pour les séjours de courte durée (90 jours) dans l’autre pays.

Par ailleurs, deux mémorandums d’entente ont également été signés à cette occasion, dont le premier par les deux ministres des Affaires étrangères, relatif à la coopération en matière de lutte contre le problème mondial des drogues avec pour objectif de promouvoir la coopération en matière de lutte contre le trafic de drogues, ainsi que la coordination entre les autorités compétentes des deux pays.




Associant l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) et l’Agence présidentielle de coopération internationale de Colombie (APC-COLOMBIA), le second mémorandum d’entente, signé par les directeurs respectifs des deux agences de coopération, Mohamed Methqal et Ángela Ospina de Nicholls, vise à établir une relation de coopération entre les agences de coopération des deux pays dans le cadre de la coopération Sud-Sud en mettant en œuvre des initiatives de coopérations académique, culturelle, scientifique et technique.

Il entend également encourager l’échange d’expériences, la gestion et l’échange d’expertise et de savoir-faire dans les domaines prioritaires identifiés par les deux parties.