Maroc: le Fonds spécial Covid-19 bientôt épuisé, que faire ?

Maroc : le Fonds spécial Covid-19 bientôt épuisé, que faire ?




Après les actions menées jusqu’ici au Maroc pour lutter contre la propagation de la pandémie et le maintien du tissu économique, l’État risque de se retrouver très bientôt sans fonds. Comment alimenter le Fonds Covid-19 en détresse ? C’est la grosse question que se posent actuellement les autorités.




En raison de la crise sanitaire, depuis près d’un an et demi, le Maroc a mis en place une cagnotte pour accompagner les populations et entreprises. Très sollicitée, cette caisse est en voie d’épuisement. Le coût global de la crise est estimé à près de 40 milliards de dirhams lié à une grande chute des recettes associée au caractère incontournable des dépenses, à en croire la récente analyse de CDG capital.

Par ailleurs, en dépit de la baisse des recettes fiscales estimée à 34,5 milliards de dirhams en 2020 et 33,6 milliards de dirhams en 2021 contre un tableau hors crise sanitaire, soit une perte de 68,1 milliards de dirhams, l’État doit poursuivre son soutien à plusieurs secteurs.




Ainsi, au cours de la 12ᵉ réunion tenue le 2 avril et vu la situation actuelle, le Comité de veille économique a décidé de rallonger jusqu’au 30 juin 2021, les mesures pour les 8 contrats-programmes (le tourisme, la restauration, les traiteurs et évènementiel, les parcs de jeux et d’attraction, la presse, les industries culturelles et créatives, les salles de sport privées et crèches).

Soit près de 102 000 salariés à prendre en compte et financés par le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du nouveau Coronavirus « Le Covid-19 », avec près de 612 millions de dirhams sur 3 mois, en plus du coût des indemnités des employés de certains secteurs, objet des conventions, pas encore versées.




Toutefois, vu que le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie ne compte que 3,5 milliards de dirhams qui doivent également servir au financement de la campagne de vaccination qui est encore à ses débuts, plusieurs s’inquiètent quant à la stratégie du gouvernement pour sortir de cette situation.

L’État fera-t-il encore appel aux dons pour renflouer le Fonds, ou recourra-t-il à d’autres fonds propres ? Faudra-t-il encore compter sur les entreprises privées, établissements publics, fonctionnaires, Marocains Résidant à l’Étranger et autres déjà éprouvés ? Que fera concrètement le gouvernement pour la survie de l’économie nationale ? Tous les regards sont tournés vers l’Exécutif.