Frontières et Covid-19 : France, Belgique, Maroc…

Frontières et Covid-19 : France, Belgique, Royaume du Maroc…




Le porte-parole du gouvernement français annonce pour lundi prochain la publication d’une nouvelle liste de pays où les vols directs seront suspendus, à l’instar du Brésil pour cause de recrudescence de la pandémie de Covid-19. Pendant ce temps, Belgique et Israël rouvrent – un peu – leurs propres frontières, tandis que le Maroc n’a plus de vols vers l’Afrique du Nord après avoir suspendus ceux depuis la Tunisie.




Après la suspension des vols vers et depuis le Brésil au moins jusqu’au 19 avril 2021, assurés en ce moment par la seule compagnie aérienne Air France, de nouvelles mesures sanitaires contraignantes seront dévoilées le même jour par la France, où le bilan de la crise sanitaire approche les 100.000 morts.

Ces mesures « plus robustes » sont selon Gabriel Attal à prévoir « pour l’ensemble des pays où nous constatons à la fois qu’un variant particulièrement à risque est dominant, et où nous constatons qu’il y a une explosion de l’épidémie ou en tout cas une dynamique très forte de l’épidémie ».

Avant de préciser que ce qui est envisagé inclut « des restrictions supplémentaires pour les déplacements et des mesures plus contraignantes à l’isolement ».




Le porte-parole n’a pas précisé quels pays étaient visés, mais l’Inde et d’autres pays d’Amérique du Sud sont le plus souvent cités. Le problème particulier de la Guyane, où le variant brésilien est majoritaire et qui a fermé ses frontières avec le Brésil voisin, a été posé, mais le porte-parole du gouvernement a répondu : « La Guyane, c’est la France, ce n’est pas le Brésil.

La continuité territoriale, c’est un principe fondamental du service public qui consiste à dire qu’un Français va pouvoir se déplacer sur le territoire national ».

La suspension des vols directs n’est pas la seule solution à envisager, certains épidémiologistes évoquant plutôt un durcissement de la quarantaine à l’arrivée des pays à risque – comme cela est déjà pratiqué en Suisse, en Grande Bretagne ou en Thaïlande par exemple.




Selon Santé publique France, durant la première semaine d’avril le variant britannique représentait 81,9% des contaminations, contre 4,2% des variants brésilien et sud-africain.

Hors de France, la Belgique a annoncé pour lundi prochain la réouverture de ses frontières pour les voyages non-essentiels vers et depuis le reste de l’Union européenne ; elles avaient été fermées fin janvier aux touristes du Vieux continent, mais les voyageurs feront à l’arrivée l’objet d’un contrôle « très strict ».

Israël, fermée depuis près d’un an, a de son côté annoncé pour le 23 mai le retour des touristes voyageant « en groupe » et vaccinés (avec tests avant le départ et à l’arrivée). Aucune date n’est avancée pour les touristes individuels.




Enfin au Maroc, on retiendra l’ajout de la Tunisie dès ce 15 avril et « jusqu’à nouvel ordre à la liste de 39 pays vers et depuis lesquels les vols sont suspendus, ainsi que l’arrivée de passagers ayant pris une correspondance dans une nation encore autorisée.

Ces pays « interdits » incluent déjà la France, la Belgique et la Suisse, ainsi que les aéroports d’Afrique du Sud, Algérie, Argentine, Allemagne, Australie, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Botswana, Brésil, Cameroun, Croatie, Danemark, Égypte, Finlande, Grèce, Guinée, Irlande, Italie, Koweït, Liban, Libye, Mali, Mozambique, Norvège, Nouvelle Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Démocratique du Congo, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède, Turquie et Ukraine.