Le vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 est la cause d’une nouvelle maladie

AstraZeneca: nouvelles révélations d’un infectiologue




Le vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 est la cause d’une nouvelle maladie qui risque de tuer plus de gens en raison des caillots sanguins qu’elle provoque, selon un infectiologue danois.




« Une nouvelle maladie a été diagnostiquée et identifiée, et maintenant nous savons que c’est le vaccin qui en est la cause », a déclaré Jens Lundgren, professeur de médecine des infections, dans l’émission « Lippert » diffusée sur TV 2 News.

La nouvelle maladie appelée VITT (thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par un vaccin) a été détectée par une équipe de recherche allemande ayant démontré pour la première fois un lien entre le vaccin AstraZeneca et cette maladie.

Dans une étude publiée dans le « New England Journal of Medicine », l’équipe allemande a démontré que la maladie survient lorsque les personnes vaccinées dans de très rares cas forment des anticorps contre le Covid-19 mais aussi des anticorps contre les plaquettes.




Les plaquettes servent notamment à réguler la capacité du sang à coaguler. Les chercheurs allemands ont pu montrer que les anticorps causaient la coagulation du sang au fil des ans et provoquaient des saignements potentiellement mortels. Interrogé si la nouvelle maladie était mortelle, Jens Lundgren a répondu : « Oui, c’est essentiellement de ça qu’il s’agit.

Et quand on a alors une nouvelle maladie que nous avons eue avec le Covid-19 l’année dernière, nous devons découvrir quelle en est la cause. Qui est à risque ? Comment diagnostiquons-nous et comment traiter ? ».

Le Danemark est devenu mercredi le premier pays à cesser d’utiliser le vaccin d’AstraZeneca en raison d’un lien potentiel avec une forme rare mais grave de caillot sanguin.




Plus tôt dans la journée, le directeur de l’Agence danoise de santé, Soren Brostrom, a déclaré que les résultats des enquêtes sur les caillots sanguins associés à AstraZeneca « ont montré des effets secondaires réels et graves ».

Selon lui, des études conjointes basées sur des données de santé danoises et norvégiennes estiment qu’une personne sur 40 000 ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca pourrait s’attendre à subir cette complication grave.

Le Danemark a été le premier pays à suspendre initialement toute utilisation du vaccin du laboratoire anglo-suédois en mars pour des raisons de sécurité. Près d’un million des 5,8 millions d’habitants du pays ont reçu leur premier vaccin, 77% du vaccin Pfizer-BioNTech, 7,8% de Moderna et 15,3% d’AstraZeneca.