L’Algérie se prépare à présider en mai le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine

L’Algérie se prépare à présider en mai le CPS de l’Union africaine




L’Algérie assumera, le mois prochain, la présidence tournante du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine. Une échéance à laquelle la diplomatie algérienne se prépare déjà.




C’est dans ce cadre que s’inscrit la rencontre, tenue hier au siège de l’organisation continentale à Addis-Abeba, entre Salah Francis El Hamdi, son ambassadeur en Ethiopie et représentant permanent auprès de l’Union africaine, avec le Commissaire à la paix et sécurité de l’Union africaine, le Nigérian Bankole Adeoye.

Les entretiens entre les deux responsables ont porté «notamment sur le Mali, la Libye, le Sahel, etc. et la stratégie de faire taire les armes en Afrique», a écrit le Nigérian sur Twitter. Abdeoye a évité de mentionner s’il a abordé la question du Sahara avec son interlocuteur algérien.

Pour sa part le diplomate El Hamdi a souligné que les discussions ont porté sur «les voies et moyens de renforcer le rôle du Conseil de paix et de sécurité, tout en rappelant les contributions importantes de l’Algérie dans la promotion de la paix et de la sécurité en Afrique.»

Le 9 mars sous la présidence du Kenya, le Conseil de paix et de sécurité a tenu une réunion au niveau des chefs d’Etats consacrée au différend régional, marquée par un communiqué en faveur du Polisario.