La généralisation de la protection sociale au Maroc va profiter à 1,6 million d’agriculteurs

Comment la généralisation de la protection sociale au royaume du Maroc va profiter à 1,6 million d’agriculteurs




La généralisation de la protection sociale, lancée par le Roi Mohammed VI, va également bénéficier à 1,6 million d’agriculteurs. Une convention-cadre signée devant le Souverain lève le voile sur les engagements de l’Etat en faveur de cette catégorie socio-professionnelle.




« Une vision royale qui se concrétise ». C’est par ces termes que l’hebdomadaire La Vie Éco qualifie la généralisation de la protection sociale lancée par le Roi Mohammed VI. Le 14 avril dernier, le Souverain avait présidé la cérémonie de lancement de la mise en œuvre de ce projet capital et la signature de conventions y afférentes.

Parmi elles, une convention-cadre relative à la généralisation de l’assurance maladie obligatoire (AMO) de base aux agriculteurs.

Signée mercredi devant le Souverain par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le ministre de l’Économie, Mohamed Benchaâboun et le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, la convention-cadre instaure un cadre fixant les obligations des parties pour en faire bénéficier près de 1,6 million d’agriculteurs et leurs familles.




La convention a également été signée par le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, le ministre de l’Emploi, Mohamed Amekraz, le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, le président de la Fédération des Chambres d’agriculture, Lahbib Bentaleb, et le président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural, Mohamed Ammouri.

Grâce à cette convention-cadre, l’État s’engage à mettre en place les mécanismes nécessaires à la mise en œuvre effective de l’assurance maladie obligatoire en faveur des agriculteurs et, ce faisant, à prendre les mesures de portée législative et institutionnelle y afférentes.

D’après la même source, l’Etat s’engage à réformer et mettre à niveau le système de santé national.




Ceci pour assurer des prestations de qualité aux assurés et leurs familles, de même que pour assurer des services et un panier de soins similaires à ceux bénéficiant aux salariés du secteur privé dans le cadre de l’assurance maladie obligatoire de base.

En outre, l’État s’engage à simplifier et faciliter les procédures de recouvrement des contributions des agriculteurs dans le cadre de l’assurance maladie obligatoire de base et à entreprendre des initiatives de sensibilisation aux niveaux national, régional et local pour clarifier l’ensemble des aspects liés au régime de l’assurance maladie obligatoire de base.

Enfin, l’État souhaite également soutenir les initiatives de la Fédération et de la Confédération visant à sensibiliser et accompagner les agriculteurs pour adhérer au régime.




De leur côté, la Fédération et la Confédération s’engagent, pour leur part, à mettre en oeuvre les dispositions de la convention, notamment en ce qui concerne l’encouragement des agriculteurs à adhérer à l’assurance maladie obligatoire à travers des campagnes de communication et de sensibilisation destinées à leur expliquer les dispositions du régime et ses mécanismes.

Les deux institutions s’engagent, en outre, à encadrer les professionnels du secteur agricole en vue de généraliser l’assurance maladie obligatoire au profit de l’ensemble des travailleurs agricoles et à prendre toutes les mesures nécessaires pour faciliter l’adhésion de ces catégories au régime de l’assurance maladie obligatoire.