Plus de 600 infractions à la réglementation des prix relevées depuis le début du ramadan

Consommation: plus de 600 infractions à la réglementation des prix relevées depuis Chaâbane




Face à la spéculation et l’inflation injustifiée constatée chaque ramadan, le gouvernement se voit contraint de mobiliser une commission dédiée qui a déjà relevé plus de 600 infractions.

Comme il fallait s’y attendre, les marchés, centres commerciaux et grandes surfaces ont connu, en ce début de ramadan, une forte augmentation des prix de certains produits de forte consommation en ce mois sacré.

Fruits, légumes, poisson frais et dattes ont ainsi été touchés par cette inflation, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia qui souligne que d’autres produits ont, en revanche, vu leurs prix stagner. Il s’agit, notamment, des légumineuses ou encore des viandes rouges et blanches.




Cette augmentation des prix, ajoute la même source, a poussé le gouvernement à mettre en place une commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle de la qualité et des prix.

Lors de sa dernière réunion, tenue en fin de semaine, elle a tenté de dissiper certaines craintes des consommateurs en relevant que les prix des produits fortement consommés durant le mois de ramadan sont restés majoritairement stables, à l’exception des prix de vente des tomates, qui ont connu quelques hausses.

La même source ajoute que les marchés sont approvisionnés de façon normale en produits alimentaires et énergétiques, ainsi qu’en produits d’hygiène.




Toujours selon Al Ahdath, la commission ministérielle a également noté, lors de sa réunion, une série d’interventions dans le cadre de sa mission de contrôle. Pour ce qui est des prix et de la qualité des produits alimentaires, plus de 20.544 points de vente ont été visités depuis le mois de chaâbane.

Ces contrôles ont conduit à la constatation de 600 infractions en matière de réglementation sur les prix et sur la qualité. Près d’un tiers de ces infractions concerne l’affichage des prix, tandis qu’une centaine sont relatives à la facturation.

Pour ce qui est de la qualité des produits alimentaires, il a été procédé à la saisie et la destruction de 121 tonnes de produits impropres à la consommation ou non conformes aux normes en vigueur.