Ramadan au Maroc: le phénomène « mramden » ou « tramdena »

« Tramdena » ou « mramden », phénomène du Ramadan au Maroc




Pendant les heures de jeûne du Ramadan, les bagarres font fureur dans les rues du Maroc. Cette année, cela a même dégénéré en meurtre dans certaines régions du pays. Ce phénomène est connu au Maroc sous le nom de « tramdena ». Quelqu’un de « mramden », est quelqu’un d’enragé et d’incontrôlable.




« Je suis mramden » (en manque de cigarette, de drogue et de café), « barre-toi de mon chemin » ou « tremden 3lik » (je te charcute), et d’autres mots tout aussi violents sont fréquents sur les routes, dans les centres commerciaux ou encore dans les souks à travers le Royaume du Maroc.

Même les administrations sont touchées par ce phénomène. Des bagarres sanglantes ont eu lieu dès le premier jour de Ramadan dans plusieurs régions du pays, dont les héros sont des « mramdnines », supportant mal le jeûne.

Attention, des « mramdnines », vous pouvez en croiser partout, dans les administrations, dans les hôpitaux, dans les banques, ou bien dans un bus, etc. Ne vous avisez surtout pas de les vexer car cela peut s’avérer dangereux.




Parmi les symptômes de « tramdena », les migraines, les troubles de la vision, l’envie folle de fumer, de boire et de se bagarrer. Aussi les victimes de la « tramdena » regrettent souvent rapidement leurs actes.

Ainsi, vous pourrez facilement les retrouver quelques minutes après la bagarre en train de s’embrasser et de se fondre en excuses et d’implorer le pardon de Dieu pour leurs dérives ramadanesques.

Les « mramdnines », pour la plupart des gens ordinaires, se retrouvent après la rupture du jeûne dans les cafés et les mosquées souriants, regrettant leurs gestes incontrôlés en un mois censé être celui de la prière, du recueillement et de la piété. Alors, si vous vous reconnaissez, allez vite consulter un médecin spécialisé!