L’immunité collective au Maroc pas avant fin 2021

FMI : L’immunité collective au Maroc pas avant fin 2021




Roberto Cardarelli, chef de la mission du Fonds monétaire international en charge du Maroc, a indiqué que le Royaume du Maroc est considéré comme le meilleur pays de la région en termes de vaccination contre le Covid-19, notant ainsi que l’immunité collective, tant espérée, sera atteinte au cours du dernier trimestre de 2021.




Lors d’un récent webinaire du PCNS sur les « Prévisions économiques mondiales : quelles perspectives pour le Maroc et la région MENA ? », le responsable au Fonds Monétaire International a affirmé que «la performance enregistrée par le Royaume du Maroc au cours des mois de février et mars a été étonnante en matière d’acquisition et de distribution des doses de vaccin auprès de sa population.

S’agissant de la reprise économique au Royaume, Cardarelli a noté que les signes de reprise au Maroc sont visibles à travers notamment les échanges commerciaux au niveau des exportations et des importations qui ont enregistré un rebond en ce début d’année 2021.




Il a, en outre, souligné que le secteur industriel avait joué un rôle important dans la reprise économique au Royaume du Maroc, rappelant qu’au cours du dernier trimestre de l’année 2020, 80.000 emplois avaient été créés, dans « un bon signe qui inspire l’espoir ».

Néanmoins, le responsable au Fonds monétaire international a noté que le processus de vaccination connaît actuellement un ralentissement au Royaume du Maroc en raison du recul des approvisionnements internationaux en vaccin. Il a tout de même souligné que « l’immunité des Marocains a été prise en compte, et le dernier trimestre de cette année sera l’occasion pour l’atteindre ».




La vaccination est, selon le responsable, un élément très important pour le tourisme marocain plus que tout autre pays, étant donné l’importance du tourisme pour le Royaume du Maroc. Il a aussi reconnu que «la reprise économique prendra du temps, en raison de nombreux facteurs, parmi eux, le secteur du tourisme qui a été touché par la crise sanitaire actuelle ».

Afin d’accélérer le rythme de la reprise économique, Roberto Cardarelli, a appelé « au lancement des réformes structurelles nécessaires, dont la généralisation de la protection sociale tout en remédiant au retard enregistré dans l’accès aux services de santé en termes de nombre d’hôpitaux et de ressources humaines, sans parler des problèmes liés à la qualité de l’enseignement et au marché du travail ».