Les étudiants bloqués au Maroc pourront quitter le pays pour leurs examens à l’étranger

Les étudiants bloqués au Maroc pourront quitter le pays pour leurs examens à l’étranger




Les étudiants marocains, installés à l’étranger mais qui se trouvent actuellement bloqués au Maroc, en raison de la fermeture des frontières, pourront se rendre dans le pays où ils étudient, munis d’un titre de séjour valide, pour passer leurs examens.




Les autorités marocaines n’empêcheront pas les étudiants marocains, munis d’un titre de séjour valide, de quitter le Royaume du Maroc pour se rendre dans le pays où ils étudient.

Globalement, il n’y a, donc, pas d’objections à ce que les étudiants marocains puissent quitter le territoire marocain, du moment qu’ils disposent, d’un titre de séjour valide, du pays dans lequel ils doivent se rendre et que les autorités de ce pays ont programmé des vols les y autorisent.

Particulièrement présents en France (au nombre de 11.282 en 2019), les étudiants marocains qui y poursuivent leurs études supérieures, mais qui se trouvent actuellement au Royaume du Maroc, se posent des questions, à quelques semaines de la tenue des examens de fin d’année.




L’ambassade de France se montre rassurante : « Les étudiants marocains, engagés dans un cycle universitaire en France, disposent d’un titre de séjour que l’on appelle le visa étudiant long séjour. Ce dernier vaut, effectivement, titre de séjour, donc, ils n’auront pas de problèmes pour se rendre sur le territoire français. »

À vrai dire, la question ne se pose pas en termes d’autorisation, mais en termes de disponibilité des vols. « La suspension des liaisons aériennes entre la France et le Maroc a entraîné une réduction drastique des vols entre les deux pays.

Il y en a environ quatre par semaine. La difficulté, c’est donc de trouver des vols. Les autorisations sont obtenues au cas par cas dans le cadre de discussions entre les autorités marocaines et les ambassades




Mais les vols, eux, sont commercialisés par les compagnies aériennes. La question est donc plus celle du transport que de l’autorisation de se rendre sur le territoire français », précise-t-on également à l’ambassade de France.

Concernant les étudiants marocains qui s’apprêtent à passer les concours des grandes écoles françaises, notamment ceux des écoles d’ingénieurs ou de l’École normale supérieure (ENS), l’ambassade de France a indiqué que la plupart d’entre eux devraient être organisés ici, au Royaume du Maroc, dans des centres d’examens dédiés à cet effet.

Et d’ajouter qu’en temps normal, les étudiants devaient faire le déplacement en France pour passer ces concours. Mais l’année dernière, ils s’étaient déjà déroulés à distance, au Royaume du Maroc.