Casablanca: arrestation d’une mendiante avec un faux bébé

Casablanca: arrestation d’une mendiante dont le bébé était… une poupée




Les faux mendiants qui simulent la misère et les handicaps pour attendrir les cœurs, tombent les uns après les autres dans les filets de la police. Après l’arrestation de la mendiante qui roulait en 4×4 à Agadir, les services de Casablanca viennent d’interpeller une femme qui mendiait avec un bébé qui s’est révélé être une poupée.




Plus des deux tiers des mendiants sont des faux mendiants, des escrocs ou des mendiants professionnels. Ces personnes, qui ne sont pas réellement dans le besoin, en ont fait une profession. Et pour attendrir les cœurs et agir sur les émotions des passants, ces faux mendiants inventent des trucs et des astuces allant même jusqu’à simuler des handicaps.

C’est dans ce registre de fausses apparences pathétiques que s’inscrit la pratique de la femme mendiante interpellée mercredi dernier à Casablanca avec un bébé.

Elle donnait l’impression et l’apparence d’une mère dans le besoin forcée par le destin à quémander avec son bébé en bas âge. Et parfois, elle se faisait passer pour une ressortissante syrienne, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du week-end des 24 et 25 avril. Cette femme professionnalise la mendicité.




Elle élisait domicile sur le boulevard Massira à Casablanca où elle tentait d’attirer l’attention des automobilistes et des autres passants avec son état pitoyable et son bébé entre les bras. Entre chaque tournée, la femme se retirait dans un coin pour déposer le bébé et fumer une cigarette.

Ces scènes ont été filmées et postées sur les réseaux sociaux. En peu de temps, l’information a rapidement circulé. En y regardant de près, le bébé que la femme déposait pour se reposer s’est révélé être une poupée. Ce qui a choqué la population des où elle a été arrêtée par les services de police.

Placée en garde à vue, la femme a dû répondre aux questions des enquêteurs et s’expliquer sur ses liens avec d’autres réseaux criminels. La fouille effectuée a permis la saisie de pièces d’identité et de documents, fait savoir le quotidien Al Akhbar qui s’est intéressé au même sujet dans son édition du même week-end.




L’arrestation de cette femme à Casablanca, rappelle le quotidien, est intervenue après l’interpellation et la condamnation à six mois de prison ferme de la mendiante qui roulait en 4×4, tout en faisant de la mendicité un métier qui lui rapportait des fortunes dans la région d’Agadir.

C’est dire que les services de sécurité marocains sont toujours à l’affût du phénomène qui ternit l’image du pays et fausse le principe de solidarité qui caractérise la société marocaine.

D’ailleurs, cette pratique est sanctionnée par les lois en vigueur. «Est puni de l’emprisonnement d’un à six mois, quiconque ayant des moyens de subsistance ou étant en mesure de se les procurer par le travail ou de toute autre manière licite, se livre habituellement à la mendicité en quelque lieu que ce soit», dispose l’article 326 du code pénal marocain.