Le Maroc sera plus riche que l’Algérie en 2025

Le Maroc quatrième PIB d’Afrique en 2025 devant l’Algérie




Le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé dans la dernière mise à jour de ses prévisions et projections sur la richesse mondiale mesurée par le PIB, à prix courants (en dollars) sur la période 2021-2026, le classement des pays les plus riches de l’Afrique d’ici 2026.




Après une année 2020 catastrophique marquée par la récession (-2,1%), la plus violente que le continent africain ait connue depuis un demi-siècle, due à la pandémie de Covid-19, les perspectives de croissance semblent aujourd’hui légèrement moins dégradées nous dit l’Institution.

L’Afrique devrait cependant renouer avec la croissance et rebondir à 3,1% en 2021 après une chuter de 3% en 2020 et se stabiliser à un peu moins de 4% à moyen terme — ou autour de 5%, si l’on exclut les deux plus grandes économies de la région, l’Afrique du Sud et le Nigeria.

Ces chiffres globaux occultent des disparités considérables en matière de perspectives de croissance entre deux groupes de pays.

Environ la moitié des pays de la région, essentiellement des pays pauvres en ressources naturelles, devraient connaitre une croissance d’au moins 5%, ainsi qu’une hausse de leur revenu par habitant plus rapide que la moyenne mondiale à moyen terme.




En revanche, les autres pays, riches en ressources naturelles pour la plus grande part, devraient enregistrer une croissance plus lente. Toutefois, le classement projeté à l’horizon 2026 accorde aussi une place essentielle aux pays qui ont misé sur l’agriculture et la diversification économique.

Mais là, n’est pas la question, on se projettera ici, en nous fiant au FMI vers les perspectives à l’horizon 2026.

Du coup l’on se concentrera sur l’évolution du top cinq africain en la matière dont l’Algérie et le Maroc respectivement quatrièmes et cinquièmes économies africaines en termes de l’importance de leur produit intérieur brut (PIB), selon les données du FMI.

Les PIB des 10 pays africains les plus riches d’Afrique au cours des six prochaines années atteindront 2 877 milliards de dollars en 2026 contre 1 739 milliards de dollars en 2020, soit une progression de 65,44%. Toutefois nous dit l’Institution mondiale à fin 2025, le Maroc devrait repasser au quatrième rang.




Durant la période 2020-2026, si le Nigéria va consolider sa position de première puissance économique africaine, d’importants bouleversements sont projetés par le FMI pour les autres pays dans le top 5 continental.

En effet, le pays le plus peuplé du continent, (210 millions d’habitants), fera plus que doubler son PIB au cours des 6 prochaines années, en passant de 429 milliards de dollars en 2020 à 964 milliards de dollars en 2026, selon les projections du FMI.

L’Egypte qui a bénéficié d’importantes découvertes de gaz en Méditerranée à en devenir 13ème producteur de gaz mondial est en seconde position.

L’Afrique du Sud, dont le déclin économique est un secret de Polichinelle, verra son PIB croître durant la période 2020-2026 mais, avec une progression moindre que les deux premières puissances économiques, complètera le podium, tandis que le Maroc le charriera en quatrième position.




Puis viendront respectivement l’Algérie, le Kenya, l’Ethiopie et la Côte d’Ivoire. Le Ghana et la Tanzanie fermeront la marche.

Ainsi donc, avec un PIB s’élevant à 154 milliards de dollars, les prévisions et projections du FMI assurent que le Royaume supplantera l’Algérie en 2025 sur la richesse mondiale mesurée par le PIB.

Celui du Maroc qui s’établit à 124 milliards de dollars en 2021, devrait progression évoluer au fil du quinquennat pour progresse à131 milliards de dollars en 2022, 138 en 2023, 146 en 2024.

Le PIB de l’Algérie s’élèverait à 151 milliards de dollars en 2021, et resterait constant (150 milliards de dollars) en 2022, 2023 et 2024. En 2025 et 2026, le PIB marocain atteindrait respectivement 154 milliards de dollars et 162 milliards de dollars contre 152 milliards de dollars et 153 milliards de dollars pour le voisin de l’Est.