HCP: au Maroc, le revenu médian est de 5.133 dirhams par mois

HCP: au Maroc, le revenu moyen par ménage est de 5.133 dirhams par mois




Le Haut commissariat au plan publie une enquête inédite sur les revenus des ménages. Revenus moyens, revenus médians, distribution sociale, inégalités, etc. En voici les principaux enseignements.




Le Haut commissariat au plan (HCP) a mené une enquête directe auprès des ménages pour appréhender la répartition sociale des revenus au Royaume du Maroc.

Cette enquête, qui couvre l’ensemble du territoire du Royaume du Maroc et des couches sociales, a été réalisée du premier décembre 2019 à fin mars 2020 auprès d’un échantillon de 3.290 ménages, échappant ainsi aux effets de la pandémie Covid-19.

Il en ressort que, par ménage, le revenu annuel moyen s’établit à 91.933 dirhams, ce qui équivaut à un revenu mensuel moyen de 7.661 dirhams. Il est de 8.207 dirhams par mois en milieu urbain, et 6.467 dirhams par mois en milieu rural. Certains revenus sont très élevés.




Ces revenus tirent la moyenne vers le haut l’écartant des niveaux les plus fréquents, la médiane est un indicateur plus pertinent pour renseigner sur le niveau de répartition de revenus.

Ainsi, note le HCP, 50% des ménages à l’échelle nationale ont un revenu mensuel moyen supérieur à 5.133 DH, avec là encore, des écarts importants entre urbains (5.609 dirhams) et ruraux (4.237). À noter que par personne, le revenu annuel moyen est de 21.515 dirhams au niveau national, équivalent à 1.793 dirhams par mois.

Le graphique ci-dessous, élaboré par le HCP, présente une distribution asymétrique des revenus des ménages marocains, largement étendue vers la droite.




20% des plus aisés détiennent plus de la moitié des revenus

L’analyse de la concentration des revenus par tête en 2019, selon les différentes catégories socio-économiques, permet de mesurer le niveau d’inégalité en termes de répartition des revenus.

Ainsi, d’après le HCP, les 20% de la population les plus aisés détiennent plus de la moitié (53,3%) des revenus des ménages, contre 5,6% pour les 20% les moins aisés. En outre, avec un revenu annuel moyen par tête de 57.400 dirhams, les 20% de la population les plus aisés disposent d’un revenu environ 10 fois supérieur à celui des 20% de la population les moins aisés (6.000 DH).

Cette concentration des revenus est encore plus accentuée parmi les 10% de la population les moins aisés et les 10% les plus aisés, note le HCP.




En effet, les 10% de la population les moins aisés vivent avec moins de 6.270 dirhams par personne et par an, alors que les 10% les plus aisés disposent de plus de 41.705 dirhams.

«Dans ces conditions, l’inégalité du revenu, estimée par l’indice de Gini, est de 46,4%, un niveau relativement élevé qui dépasse le seuil socialement tolérable de 42%», souligne cette étude. Au final, la part des personnes à faible revenu ressort à 12,7% à l’échelle nationale, d’après les calculs du HCP.

Au total, 4,5 millions de personnes sont considérées comme appartenant à la catégorie «pauvreté relative», dont les deux tiers (66,4%) résident en milieu rural.