Le Polisario affirme que Brahim Ghali «pourra quitter le territoire espagnol sans problème»

Le Polisario affirme que Brahim Ghali «pourra quitter le territoire espagnol sans problème»




Dans une nouvelle provocation pour le Maroc et les associations de victimes qui accusent Brahim Ghali, hospitalisé en Espagne, de «génocide» et «meurtre» présumés, entre autres, le Front Polisario a mandaté son représentant dans le royaume ibérique pour répondre. Abdulah Arabi a ainsi affirmé, dans une interview à Europa Press, que Brahim Ghali pourra quitter l’Espagne «sans problème» pour «reprendre ses fonctions».




«Nous pensons que cette affaire n’a pas de voie légale», dit-il à propos de la demande de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme (ASADEDH) pour que l’Audience nationale espagnole convoque à nouveau le chef du mouvement séparatiste.

Abdulah Arabi n’envisage pas que Ghali puisse être bloqué en Espagne pour 2 raisons: «l’impact médiatique et la réalité».

Revenant au transfert de Ghali en Espagne pour y être soigné, le représentant du Front a souligné que le secrétaire général du Polisario a été transféré pour des raisons «humanitaires».




Le gouvernement de Pedro Sánchez «a agi d’une manière qui est cohérente avec sa politique d’accueil, malgré le bruit médiatique du Royaume du Maroc», a enchaîné le représentant du Front séparatiste armé.

Le représentant du Polisario en Espagne, qui dit avoir un «dialogue qui est fluide» avec le gouvernement Sánchez, a également précise que «personne de l’exécutif» espagnol ne l’a contacté après la polémique qu’il y a ces derniers jours.

«Je ne pense pas que cela devrait arriver», note-t-il, en rappelant «la responsabilité» de l’Espagne dans le conflit du Sahara.