Imintanout: condamnation d’une femme qui a chassé son mari du domicile conjugal

Imintanout: condamnation d’une femme qui a chassé son mari du domicile conjugal




Les hommes sont aussi victimes de violence conjugale. Les statistiques officielles le montrent et les verdicts rendus par la justice dans ce sens le confirment.




Le phénomène fait parler de lui: comme les femmes, les hommes sont aussi victimes de violence conjugale. Ainsi, en l’espace d’un mois, deux cas de violence conjugale ont été examinés par la justice de la ville Ocre.

Dans les deux cas, les sentences ont condamné la femme, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia. Au cours de la semaine dernière, le tribunal de première instance d’Imintanout a condamné une épouse à une amende de 1.000 dirhams pour avoir chassé son époux du domicile conjugal.

Cette affaire a éclaté durant le mois d’août de l’année dernière, lorsque cet homme a déposé une plainte auprès du parquet compétent, accusant sa femme de l’avoir violenté en le mettant dehors. Après enquête et témoignage d’un voisin, le parquet a décidé de poursuivre la femme en état de liberté provisoire pour les faits qui lui étaient reprochés.




Ainsi, après plusieurs audiences, le verdict condamnant l’épouse est tombé au cours de la semaine dernière. Cette affaire est intervenue après celle qui a eu lieu à Marrakech, en mars dernier. Une épouse a été condamnée à une peine de deux mois de prison avec sursis, assortie d’une amende de 500 dirhams.

La femme a également été condamnée à verser à son époux une somme de 2.000 dirhams en guise de dédommagement, après avoir refusé le retour du mari chassé du domicile conjugal.

Il faut dire que le nombre de cas d’hommes battus par leur femme augmente d’une année à l’autre, fait savoir l’Association de défense de maris victimes de violences conjugales. Selon les déclarations des victimes, la violence faite aux hommes prend des formes différentes. Elle va des coups à la mise à la porte.




Ceci en passant par d’autres pratiques et violences verbales et psychologiques. Ce constat est d’ailleurs confirmé par les statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP).

Ces différents types de violences subies par les hommes dans leur milieu familial, professionnel et scolaire, ont fait l’objet d’une publication au début du mois d’avril dernier. L’étude montre qu’environ 70% des hommes ont subi au moins un acte de violence dans leur vie.

Ainsi, un homme sur trois dit avoir été victime de violences, dans le contexte conjugal, de la part de l’épouse, ex-épouse, fiancée ou amie intime, tandis que 12% des hommes parlent de violences perpétrées, dans le cadre familial, par un membre de la famille autre que la conjointe et que 10% des hommes s’estiment tourmentés dans l’espace public.