Le PJD riposte à la présence du drapeau israélien à la frontière avec l’Algérie

Le PJD riposte à la présence du drapeau israélien à la frontière avec l’Algérie




Mercredi 22 avril, des entrepreneurs israéliens en visite au royaume du Maroc, munis de drapeaux marocain et de l’Etat hébreu, ont pris des photos à la frontière maroco-algérienne au point de Bin Lajraf à l’entrée de la station balnéaire de Saidia. Une initiative que le PJD a qualifiée de «provocation» et décidé d’y répondre, rapporte le site du parti politique marocain.




Hier, le secrétaire régional de la formation islamiste de l’Oriental, Ismail Zougar, accompagné de quelques cadres du PJD, dont Abdelaziz Aftati, membre du secrétariat général du PJD, ont observé dans le même lieu un sit-in de solidarité avec les Palestiniens en brandissant des drapeaux marocain et palestinien.

«Hisser le drapeau sioniste sur le site susmentionné est une provocation pour nous Marocains et toute la nation islamique.

Le drapeau israélien est hissé alors que les Palestiniens souffrent du blocus, de la faim et de la déportation, et Al Qods est encore témoin de batailles et d’affrontements entre l’armée sioniste et les fidèles et les citoyens arabes et musulmans de la Palestine», s’est indigné Zougar.




Cette initiative des PJDistes de l’Oriental intervient dans un contexte particulier, marqué par les décisions de la direction du parti pour faire oublier son approbation à la reprise des relations entre le Royaume du Maroc et Israël.

En témoigne notamment la visite effectuée, il y a quelques jours, par Saaddine El Othmani et Mustapha Ramid au domicile de Me Abderrahmane Benameur, pour lui exprimer leur solidarité suite à son agression par des éléments des forces publiques le 30 mars lors d’un sit-in de soutien avec la Palestine.

Le PJD était d’ailleurs sur la liste des organisations ayant appelé au sit-in qui était prévu le 27 avril à Rabat, avant de se retirer suite à son interdiction par les autorités de la capitale.