Des marocains formés par Frontex pour le sauvetage de migrants en haute mer

Des responsables marocains formés par Frontex pour le sauvetage de migrants en haute mer




L’Agence européenne des frontières (Frontex) forme le Maroc dans l’interception et le sauvetage de migrants en haute mer depuis au moins deux ans. Selon El País, qui cite une réponse de l’agence à une question d’un eurodéputé, les Marocains ont participé, depuis septembre 2019, à quatre formations et missions en haute mer en Grèce et à Malte.




Cette participation à des missions de recherche et de sauvetage dans les pays côtiers d’où partent la plupart des migrants reste une priorité pour l’Union européenne (UE), ainsi que pour l’Espagne, qui travaille bilatéralement dans ce domaine avec l’Algérie et avec le Royaume du Maroc et qui finance depuis plus d’une décennie la formation de garde-côtes dans des pays comme le Sénégal et la Mauritanie, rappelle le media espagnol.

La stratégie des 27 et de leur agence de contrôle des frontières consiste aussi à «renforcer les pays voisins.




Ceci pour empêcher les migrants d’atteindre les côtes européennes». Frontex ne détaille pas le contenu ou la durée des cours, mais fournit quelques indices. La première mission a emmené un représentant marocain et égyptien sur l’île grecque de Chíos en septembre 2019, où ils ont participé en tant qu’observateurs à un exercice de recherche et de sauvetage.

Les Marocains se sont également rendus à Varsovie en octobre 2019, lors de «la première réunion conjointe du comité Frontex-Maroc» au siège de l’agence. En janvier 2020, la formation s’est déroulée à Malte.




Cette fois avec des exercices théoriques et pratiques à bord des bateaux par les garde-côtes. Deux mois plus tard, en mars 2020, des représentants marocains et égyptiens se sont rendus en Estonie où on leur a présenté les installations, les ressources et les technologies des autorités locales.

En décembre 2020, des représentants de la Gendarmerie royale, de la Marine royale et du ministère marocain de l’Intérieur ont virtuellement participé à une réunion technique avec des experts de Frontex. El Pais évoque une autre réunion virtuelle a eu lieu en octobre 2020.