La Cour nationale espagnole suspend la convocation de 5 dirigeants du Polisario

La Cour nationale espagnole suspend la convocation de cinq dirigeants du Polisario




La Cour nationale espagnole a suspendu la convocation, qui était adressée ce vendredi 7 mai à cinq dirigeants du Front Polisario, dans le cadre de poursuites de crimes contre l’humanité, détention arbitraire et torture subies par Fadel Brika, un militant sahraoui dissident, détenteur de la nationalité espagnole.




L’agence Europa Press cite des sources judiciaires, indiquant que cette décision s’explique par l’incapacité de localiser les concernés.

Les dirigeants en question son les frères du fondateur du mouvement séparatiste, Bachir Mustapha Sayed, en plus de Sayed Ahmed Bilal, Ghali Sidi Mohamed Adellil, Mohamed El Khalil et Mohamed Salek Adessamad.

Comme annoncé précédemment, l’audience de Brahim Ghali est quant à elle reportée pour le 1e juin prochain, puisque le leader du Polisario est encore hospitalisé et sous respiration artificielle.




Auteur de la plainte, Fadel Brika dit avoir été enlevé, avoir été séquestré et avoir été torturé entre juin et novembre 2019.

Il aurait subi tout ceci après avoir dénoncé sur les réseaux sociaux la corruption parmi les dirigeants du groupe séparatiste armé Polisario.

En avril 2019, il a déjà fait l’objet de menaces de la part d’agents du mouvement qui l’ont taxé de traitrise, à son arrivée dans les camps de Tindouf.

13 organisations de la société civile sahraouie et espagnole ont appelé la justice à empêcher Brahim Ghali de quitter l’Espagne.