Brahim Ghali face à la justice espagnole: Après le déni, le Polisario se mure dans le silence

Brahim Ghali face à la justice espagnole : Après le déni, le Polisario se mure dans le silence




Depuis l’officialisation par la justice espagnole du report de l’audition de Brahim Ghali au 1er juin, le Polisario et les médias algériens observent le silence. Des sources au sein du mouvement séparatiste, contactées par Europa Press, ont évité de commenter le processus de convocation de Ghali devant l’Audience Nationale. Ce qui constitue une rupture avec la ligne suivie jusque là par la direction du Front.




Le mardi 4 mai, son représentant à Alger Abdelkader Taleb Omar, avait en effet qualifié d’intox l’audition de son chef, estimant que «le Maroc mène une campagne de désinformation, de provocation et de chantage contre l’Espagne».

Des sources de la direction du Polisario à Tindouf ont démenti aussi la réception de toute convocation de la part de la justice espagnole, précisant qu’il s’agit «d’une rumeur qui est colportée par le régime du Makhzen en raison de son état de désespoir».




Malgré cette évolution constatée dans l’approche du Polisario sur ce point, l’état de santé de Ghali relève encore du tabou. Les sources sahraouies consultées par Europa Press indiquent que la guérison se déroule «comme prévue».

Une version contredite par le rapport de la police, remis le mercredi 5 mai à la justice espagnole, précisant que le chef du Polisario est «sous respiration assistée» dans un hôpital public à Logroño. Des conclusions à l’origine du report de son audition au 1er juin.