Comment le bras droit du chef du polisario est-il entré en Espagne?

Affaire Brahim Ghali: comment Salem Lebsir, le bras droit du chef du polisario, est-il entré en Espagne?




Salem Lebsir, le soi-disant «ministre du Peuplement des territoires libérés» du Polisario, est en Espagne. Comment est-il arrivé à Logroño alors que les frontières avec l’Algérie sont fermées? Comment peut-il affirmer à un média que Brahim Ghali quittera l’Espagne sans comparaître devant la justice?




L’Espagne a-t-elle encore jeté de l’huile sur le feu en permettant à Salem Lebsir, «le bras droit de Brahim Ghali», de rejoindre ce dernier dans la ville où il est hospitalisé depuis plus d’un mois?

La présence du «ministre» du Polisario est d’autant plus suspecte, révèle le journal en ligne espagnol Okdiario ce 24 mai 2021, que les frontières entre l’Algérie et l’Espagne sont fermées. Comment Salem Lebsir est-il entré en Espagne?

Est-il, lui aussi, arrivé en Espagne sous une fausse identité et avec un faux passeport algérien? A-t-il bénéficié de la complicité de l’équipe de la cheffe de la diplomatie espagnole qui a géré le transfert de Ghali? Selon le média espagnol, il est certain que Salem Lebsir n’est pas venu avec Brahim Ghali.




Il est certain que Salem Lebsir n’est pas venu avec « Mohamed Ben Battouche » dans l’avion algérien médicalisé qui l’a évacué vers l’Espagne, et où se trouvaient à bord un parent proche ainsi qu’un médecin algérien.

C’est du moins ce qu’indique le rapport de la police espagnole, établi à la demande du juge Santiago Pedraz, qui cherchait à savoir comment le chef des milices séparatistes armées du Polisario est entré en Espagne, sous un faux nom et avec un vrai faux passeport.

Ce rapport laisse donc entendre que Salem Lebsir est arrivé plusieurs jours après l’hospitalisation de celui qui l’avait réhabilité alors qu’il était blacklisté par l’ancien président du Polisario, Mohamed Abdelaziz El Marrakchi. Comment est-il arrivé à Logroño? C’est un mystère.




D’autant que la maire socialiste de Rioja, Concha Andreu, a donné un ordre strict au personnel de l’hôpital de Logroño: adopter une omerta absolue sur la présence de Brahim Ghali et ses accompagnants.

Au-delà de la présence mystérieuse de Lebsir, Okdiario estime que ce dernier doit aussi intéresser la justice espagnole puisqu’il est le témoin, voire le complice, de la majeure partie des crimes commis par Brahim Ghali et qui ont valu à ce dernier les nombreuses plaintes devant la justice espagnole.

Lebsir, étant un faucon notoire des séparatistes qui faisait fi des accords de cessez-le-feu signés avec l’ONU, en prônant régulièrement le retour aux armes, est également connu pour être responsable de l’entraînement au maniement des armes de centaines d’enfants sahraouis et leur enrôlement dans les milices du Polisario.




Lebsir a même rencontré, le samedi 22 mai, dans un hôtel de Logroño le délégué du Polisario dans cette région, Abdelahi Hamad Ahmed. Les deux hommes ont été photographiés par le journal espagnol. Salem Lebsir est suffisamment sûr de lui pour accorder une interview à la presse.

Au média Okdiario, il affirme sans sourciller que le patron du Polisario ne comparaîtra pas le mardi 1er juin 2021 devant le juge Santiago Pedraz. «

Il quittera l’Espagne, il n’ira pas devant le juge», affirme ainsi Salem Lebsir. La question de l’entrée en Espagne du bras droit de Brahim Ghali suscite bien des questions. Son ton péremptoire, quand il affirme que le chef des séparatistes quittera l’Espagne sans être inquiété par la justice, ouvre la voie à bien des interrogations sur les garanties qu’il a pu recevoir pour être aussi sûr de lui.