Les services secrets espagnols enquêtent sur l’arrivée de centaines de Marocains à Sebta

L’assaut de Sebta est une « démonstration de force » du Maroc, selon les services secrets espagnols




Les services secrets espagnols (CNI) poursuivent leur enquête sur l’arrivée de centaines de Marocains dans la ville occupée de Sebta. L’admission d’urgence de Brahim Ghali dans un hôpital de Logroño sous fausse identité, le 18 avril dernier demeure une source de tensions entre le Maroc et l’Espagne.




Okdiario revient sur les tensions entre l’Espagne et le Maroc. Selon le site espagnol, les services de renseignements espagnols mènent toujours leur enquête sur l’arrivée massive des migrants à Sebta et redoutent qu’une situation similaire se reproduise.

« Ce qui s’est passé à Sebta est davantage considéré comme une démonstration de force de la part du Maroc que comme une riposte à l’accueil du chef du Polisario », commente Okdiario.

« Si l’assaut contre la clôture de Sebta a été qualifié de geste calculé résultant de la stratégie du royaume du Maroc, les événements survenus immédiatement à Melilla ont été davantage interprétés comme un acte d’imitation », analyse-t-on.




À Sebta, tout a été préparé des jours auparavant, voire des semaines auparavant, explique l’auteur de l’article citant ses sources au sein du renseignement.

Alors que le royaume du Maroc avait exprimé sa colère et mis en garde l’Espagne suite à l’admission d’urgence du leader du groupe séparatiste armé Polisario dans un hôpital de Logroño, sous le nom d’emprunt de Mohamed Ben Battouche, de nationalité algérienne, le 18 avril dernier, Madrid semble avoir fait la sourde oreille et en paie le prix fort.

De plus, les autorités espagnoles « refusent d’avouer que l’accueil de Brahim Ghali a été une maladresse diplomatique imprudente », fait remarquer le site espagnol Okdiario.