Sidi Ifni: 2,5 millions de dollars pour développer l’aquaculture

Sidi Ifni: 2,5 millions de dollars pour le développement de l’aquaculture




Ce projet, qui va insuffler une forte dynamique au secteur de l’aquaculture sur la façade atlantique du Maroc, s’inscrit dans le cadre de la coopération entre le département de la pêche maritime, l’ANDA et la FAO, avec le financement conjoint des gouvernements de Norvège et des Pays-Bas à hauteur de 2,5 millions de dollars.




L’ambassadrice de Norvège au Maroc, Merethe Neergaard, la représentante de la FAO, Florence Rolle, et la directrice de l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA), Majida Maarouf, se sont rendues au port de Sidi Ifni pour s’enquérir de l’écosystème dans lequel sera implanté le projet d’appui au développement des métiers de l’aquaculture au Maroc.

Ce projet, qui va insuffler une forte dynamique au secteur de l’aquaculture sur la façade atlantique du Maroc, s’inscrit dans le cadre de la coopération entre le département de la pêche maritime, l’ANDA et la FAO. Ceci avec le financement conjoint des gouvernements de Norvège et des Pays-Bas à hauteur de 2,5 millions de dollars.

Il prévoit notamment l’installation d’une station de démonstration/formation pour la production de poissons et de coquillages au large des côtes de Sidi Ifni, ainsi que la formation de formateurs et d’ouvriers et techniciens agricoles, afin de disposer des qualifications nécessaires adaptées aux exigences du secteur et de créer de nouvelles opportunités de travail pour les jeunes.




Un grand potentiel aquacole

Majida Maarouf a souligné que la région de Sidi Ifni dispose d’un potentiel de plus de 1.300 ha pour l’installation de projets d’aquaculture. Dans le cadre du projet d’appui au développement des métiers de l’aquaculture, «six projets ont déjà été agréés pour l’élevage de poissons et de coquilles dans la région, et l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture a mis en place un environnement adapté pour le développement de ces activités», a-t-elle précisé.

La responsable a aussi mis l’accent sur l’importance du projet de station de démonstration/formation qui va encourager l’investissement dans la région de Sidi Ifni.

«Nous avons pour objectif de former 1.000 ouvriers par années», a-t-elle révélé. «Ce projet novateur va contribuer au développement du secteur de l’aquaculture au Maroc et à la création d’emplois au profit des jeunes de la région», a de son côté affirmé l’ambassadrice de Norvège au Maroc.




La diplomate a fait savoir que son pays, qui a développé une grande expertise dans les métiers de l’aquaculture, compte s’impliquer davantage dans le développement de ce secteur au royaume du Maroc à travers l’investissement de sociétés norvégiennes et le partage d’expériences.

La représentante de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture a pour sa part mis en relief le caractère «prometteur» de ce projet, fruit d’un partenariat entre les secteurs public et privé.

«Ce projet repose sur trois piliers: la formation, le renforcement des capacités des formateurs et techniciens et le partage d’ expériences», a-t-elle détaillé. En marge de cette visite, la délégation a tenu une séance de travail avec le gouverneur de la province de Sidi Ifni, Hassan Sadki, ainsi qu’avec les représentants du secteur de la pêche et des investisseurs dans l’aquaculture.