African Lion 2021: C’est le Maroc qui s’est opposé à la participation de l’Espagne aux manoeuvres militaires

African Lion 2021 : C’est le Maroc qui s’est opposé à la participation de l’Espagne aux manoeuvres militaires




Les responsables espagnols continuent de faire dans la désinformation en ce qui concerne la crise qui oppose le Maroc et l’Espagne après l’accueil du chef du Polisario.




C’est ainsi que les autorités de Madrid ont fait fuiter, dans la presse ibérique, que l’Espagne a décidé de ne pas participer aux manœuvres African Lion 2021 qui vont avoir lieu, du 7 au 18 juin au Maroc, en Tunisie et au Sénégal, rapporte Maghreb Intelligence.

La version fuitée à la presse (El Pais notamment) tente d’expliquer que l’Espagne veut, en boycottant ces manoeuvres stratégiques, éviter que sa participation ne soit pas lue comme une bénédiction, par Madrid, de «l’annexion du Sahara Occidental» par le Maroc, sachant que ces manoeuvres, l’Espagne ne les a jamais séchées depuis leur début.




Ces manoeuvres se dérouleront cette année (dans la partie marocaine) dans les secteurs de Dakhla et de Mahbès, en plein coeur du Sahara. Une autre version, soutenue par le ministère de la Défense espagnol, affirme que l’absence cette année, de l’Espagne, s’explique par des restrictions budgétaires.

D’autres médias espagnols comme EL Pais, soutiennent que l’Espagne ne participera pas aux manœuvres African Lion 2021 afin de ne pas «légitimer l’annexion du Sahara». Mais la vérité est ailleurs, ajoute le site d’information. Des sources fiables ont été consultées par Maghreb Intelligence,




C’est bien le royaume du Maroc, premier protagoniste (avec les États-Unis) de ces manœuvres, qui a opposé une fin de non-recevoir à l’Espagne. Car, pour Rabat, il n’est pas question de donner l’impression que les relations reprennent normalement entre les deux pays avant que soit résolue l’affaire de Brahim Ghali.

Rappelons que des responsables marocains avaient déjà fait allusion à une possible mise en sourdine de la coopération sécuritaire avec l’Espagne. Ce qui pourrait avoir de fâcheuses répercussions pour le voisin du Nord, mais aussi pour toute l’Europe, conclut la même source.