Fausse identité de Brahim Ghali: le Club des avocats du Maroc tacle la justice espagnole

Fausse identité de Brahim Ghali: Le Club des avocats du Maroc tacle la justice espagnole




La justice espagnole ne compte pas enquêter sur la fausse identité de Brahim Ghali avec laquelle il est entré en Espagne. Une position qui provoque la colère des avocats au Maroc.





Le club des avocats au Maroc se dit « très surpris par la déclaration du Juge Santiago Pedraz en charge de l’affaire de Brahim Ghali près de l’Audience nationale au journal El Confidencial ».

Le juge a en effet affirmé que la cour nationale ne va pas enquêter sur l’affaire de la fausse identité de Brahim Ghali, car la plainte du Club des avocats au Maroc ne pourra pas être admise.

Car les faits reprochés à Brahim Ghali « ne font pas partie des crimes attribués à la compétence de cette cour » et que cette plainte doit être instruite par les tribunaux ordinaires. Une justification pas au goût des avocats.




Le Club des avocats du Maroc rappelle avoir adressé cette plainte/dénonciation à l’attention du procureur de La-Rioja (lieu de la commission de l’infraction pour mener les investigations localement) et que ce dernier qui a décidé de la renvoyer à l’Audiencia national.

Le Club des avocats du Maroc remet aussi en question le timing de la déclaration du juge espagnol à la veille de l’audience du chef du groupe séparatiste armé Brahim Ghali.

Il rappelle notamment que le fait de cacher ou d’aider un fugitif à fuir la justice est sanctionné pénalement. Ceci en vertu de l’article 451 du code pénal espagnol.