Maroc: plusieurs dirigeants du football national suspendus à vie

Accusés de chantage envers des joueuses, plusieurs dirigeants suspendus à vie par la FRMF




La Commission centrale de discipline de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a frappé fort en suspendant à vie plusieurs dirigeants du football national. Ces derniers n’auront plus le droit d’exercer et devront également s’acquitter de lourdes amendes.




La Fédération n’y est pas allée de main morte. Dans son traitement des plaintes des footballeuses, sa commission centrale de discipline a décidé de mettre fin aux activités de plusieurs responsables de clubs féminins.

Ainsi, la présidente du Club Chabab Tarrast (CCHT), Jamila Bouamssa, a été suspendue à vie pour avoir exercé un chantage envers ses joueurs et pour leur avoir extorqué des fonds.

La mise en cause a été également condamnée à verser une amende de 10.000 dirhams. Elle devra aussi rendre aux joueuses les fonds prélevés injustement sur les salaires. L’entraineur du Chabab Atlas Khénifra, Hamid Chichaou, a écopé de la même sentence, à savoir suspension à vie et amende de 100.000 DH.




Il en va de même pour le secrétaire général, Rachid Bouziane et du trésorier du club, Hamid Ouzzine. La Fédération royale marocaine de football a pris cette décision après avoir consulté les échanges via WhatsApp, via des SMS…, entre les joueuses et les mis en cause.

Par ailleurs, des responsables du club amateur de Qods Taza se sont vu infliger une interdiction d’exercer pendant 5 ans, en plus d’une amende de 50.000 dirhams.

Il s’agit du secrétaire général, de l’entraineur, de l’entraineur adjoint, du soignant et d’un joueur de l’équipe. Les faits qui leur sont reprochés sont d’avoir aligné un joueur qui était porteur du nouveau coronavirus Covid-19. Ils étaient récidivistes.