Les députés espagnols rejettent une proposition pour «la reprise des relations avec le Maroc»

Les députés espagnols rejettent une proposition pour «la reprise des relations avec le Maroc»




Après le Parlement européen, le gouvernement que préside Pedro Sanchez enregistre un autre appui à sa gestion de la crise diplomatique avec le royaume du Maroc.




Hier, la plénière de la Chambre basse du Parlement espagnol a rejeté une proposition déposée par le Parti populaire appelant à la «reprise des relations avec le Maroc, le plus tôt possible» et ce, dans le cadre d’«une stratégie à long terme» et à «renforcer la présence et les moyens des forces et organes de sécurité de l’État à la frontière sud» avec Rabat.

La motion a également pointé du doigt «le rôle de plus en plus flou de l’Espagne au sein de l’Union européenne, l’espace transatlantique et la Méditerranée», rapporte le media espagnol Publico. L’initiative du PP n’a pas eu l’adhésion de la majorité de la Chambre basse.




Le résultat de l’opération du vote est sans appel : 204 députés (du Parti socialiste ouvrier espagnol, Unidas-Podemos et les formations catalanes et basques) se sont prononcés contre la proposition des amis de Pablo Casado alors que seulement 143 voix l’ont approuvée. La semaine dernière, le bureau de la Chambre basse a rejeté la demande du Parti populaire.

Le Parti populaire sollicite la comparution de Pedro Sánchez devant la plénière de la Chambre des représentants pour expliquer sa gestion de la crise diplomatique avec le royaume du Maroc et l’opacité ayant entouré l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital de Logroño.