Marhaba 2021: les ports espagnols exclus pour des raisons sanitaires et non politiques

Marhaba 2021: l’exclusion des ports espagnols est due à des raisons sanitaires et non pas politiques




Selon une source proche de l’organisation de Marhaba 2021, l’exclusion des ports espagnols, de l’opération de retour des MRE installés en Europe, n’a aucun lien avec les développements que connaît la crise entre le Maroc et l’Espagne.




Ce n’est pas la première fois que les ports espagnols ne participent pas à une opération Marhaba; le même scénario a été observé en 2020, bien avant le déclenchement de la crise maroco-espagnole quand, au plus fort de la pandémie, le Maroc avait écarté ces ports et limité l’opération Marhaba à trois lignes maritimes reliant les ports de Tanger et de Nador à ceux de Sète (France) et de Gênes (Italie).

L’exclusion des ports espagnols de Marhaba 2021 est motivée par des considérations de santé publique, en lien avec les mesures de précaution exigées par le Maroc pour éviter la propagation du coronavirus SARS CoV-2.

En effet, les autorités sanitaires tiennent à ce que tous les navires mobilisés dans le cadre de l’opération Marhaba soient équipés de laboratoires mobiles d’analyse du Covid-19.




Ceci afin de pouvoir soumettre la totalité des voyageurs à bord des ferrys à des tests PCR avant d’atteindre les ports marocains. Or, le temps de trajet sur les lignes de courte distance, notamment celles reliant les ports espagnols et marocains (une heure et demie environ) ne permet pas de tester l’ensemble des passagers.

D’où le choix des lignes de longue distance (51 heures entre Gênes et Tanger, à titre d’exemple), offrant la possibilité d’effectuer des tests de dépistage pour l’ensemble des voyageurs.

Les autorités sanitaires peuvent ainsi avoir plus de visibilité et une meilleure maîtrise de la situation en cas de détection d’un cas positif parmi les passagers. Le gouvernement espagnol semble avoir compris les motivations derrière la suspension de la traversée du Détroit lors de l’opération Marhaba 2021.




«C’est une décision que nous respectons et qui intervient dans un contexte de pandémie dans lequel la sécurité maximale doit être assurée», ont rapporté certains médias espagnols, citant des sources diplomatiques, en soulignant que le schéma annoncé par Rabat «est similaire à celui de l’année précédente».

À trois jours du lancement de l’opération spéciale Marhaba 2021, les autorités marocaines n’ont pas encore arrêté de manière définitive le plan de flotte.

Si les points de transit de l’été 2020 seront maintenus (Sète et Gênes), le nombre de navires va, quant à lui, doubler cette année pour atteindre environ une dizaine, contre cinq il y a un an (ce qui veut dire que le ministère de la Santé a mobilisé davantage de laboratoires mobiles). Last but not least, des armateurs espagnols seront associés à l’opération Marhaba 2021.