Marocanité du Sahara: voici pourquoi l’Espagne est toujours réticente

Marocanité du Sahara : pourquoi l’Espagne se montre-t-elle toujours réticente ?




L’Espagne n’est pas près de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Elle redoute que le royaume du Maroc revendique les villes occupées de Sebta (Ceuta) et Melilla.




L’Espagne ne changera pas sa position sur le Sahara. Si le Maroc réussit à annexer ce territoire, « la prochaine étape sera Sebta et Melilla », confient des sources de l’exécutif au journal espagnol El mundo. Des confidences qui sont loin d’être anodines.

Le chef du gouvernement marocain Saâdeddine El Othmani déclarait en décembre 2020 que « le temps viendra pour l’affaire de Sebta et Melilla, des territoires marocains comme le Sahara ».

En mai, Carlos Puigdemont, président d’Ensemble pour la Catalogne et ancien président de la généralité de Catalogne affirmait que « le Maroc est en droit de soulever la question de la souveraineté sur les deux enclaves de Sebta et Melilla ».




Le parti politique marocain de l’Istiqlal avait quant à lui appelé la semaine dernière le royaume du Maroc à récupérer les deux villes occupées qu’il considère comme des terres marocaines et des terres africaines. Ces déclarations ont de quoi légitimer les craintes du voisin du Nord. Les tensions entre le royaume du Maroc et l’Espagne restent fortes.

En fin de séjour au Costa Rica, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez a appelé le royaume du Maroc et l’Espagne à « aller de l’avant ».

«Il y a beaucoup plus de choses qui nous unissent que de choses qui nous séparent», a souligné le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez, persuadé que la crise «va s’atténuer».