Billets à bas prix de la Royal Air Maroc: une concurrence déloyale?

Billets à bas prix de la RAM : une concurrence déloyale selon des experts




Après l’annonce de Royal Air Maroc de proposer des billets à bas prix pour permettre le retour des Marocains résidant à l’étranger (MRE) cet été, le site internet de la compagnie a été pris d’assaut, entraînant une surchauffe des serveurs. Cette réduction des prix suscite inquiétudes et commentaires de la part des experts et concurrents.




Les serveurs de Royal Air Maroc (RAM) ont lâché dimanche, quelques heures après que la compagnie, sur demande du roi Mohammed VI, a annoncé son offre de billets à « prix très accessibles ».

La compagnie marocaine propose, sur la période du 15 juin au 30 septembre 2021, des billets aller/retour de 97 euros pour une famille d’au moins 4 personnes, pour faciliter le retour des MRE au Maroc cet été. « Nous avons enregistré pour la seule nuit de dimanche dernier 120 000 réservations de billets d’avion.

Nous sommes très satisfaits des premiers retours », a déclaré sur Medi1TV, Abdelhamid Addou, le PDG de la RAM. Situation identique à Bruxelles, où l’agence de la compagnie a dû fermer ses guichets.




Elle a dû et solliciter l’intervention des forces de l’ordre face à l’affluence monstre des voyageurs désireux de se procurer ces billets à prix réduits. En France, les agences de voyage en ligne ont atteint un pic de ventes de ces billets, avant de rencontrer quelques difficultés sur le serveur.

« Nous avons fait un carton au niveau des ventes, sauf que le tarif était mal ouvert en GDS (Global Distribution Service), donc nous nous retrouvons avec des centaines de dossiers à reprendre à la main, c’est compliqué », confie un responsable à Tour Mag.

« Tout a commencé par une annonce royale que RAM a essayé d’exécuter, mais nous sommes dans des métiers techniques et de technologie.




La mariée a été trop belle », explique Fabrice Dariot, le président de Bourse des Vols, qui alerte sur les conséquences de cette politique de RAM sur les activités des professionnels du tourisme.

« Vu l’attractivité de l’offre, de nombreuses demandes ne pouvaient pas être honorées, parce que les billets n’étaient plus disponibles à ces tarifs préférentiels et la compagnie aérienne marocaine n’a pas fermé les ventes », ajoute-t-il.

En 72 heures, « les vols en provenance de la France, de l’Italie, de la Belgique et de la Hollande sont saturés pour juillet. Il existe de large disponibilité pour des arrivées aux mois d’août et de septembre », rassure pour sa part RAM qui soutient que ses équipes « sont mobilisées pour ajouter des vols additionnels.




Elle ajouter a des vols additionnels sur les liaisons européennes saturées dans les prochains jours ». La situation ne réjouit pas les concurrents de RAM qui ont enregistré des annulations massives de billets. Ils dénoncent une concurrence déloyale.

« C’est un très bon coup de com, mais c’est une offre anticoncurrentielle », affirme un commandant de bord d’Air France, proche de la direction. Selon ces derniers, les tarifs proposés par la compagnie marocaine ne collent pas avec la réalité du terrain.

« Cette promotion ne représente qu’une partie de l’offre de sièges disponibles cet été, donc les concurrentes ne seront pas tant pénalisées », rassure Raphaël Torro, président de Resaneo, qui rappelle que l’offre tarifaire ne concerne que les MRE.




Celui-ci se trompe, pour preuve ce tweet de Royal Air Maroc:


« L’enjeu n’est donc pas touristique, il est d’ordre économique », poursuit le président de Resaneo, soulignant que « le Maroc a besoin de faire revenir les MRE, car ce sont des gens qui ramènent des devises dans le pays ».

Selon le dernier rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les transferts de fonds des MRE au Maroc sont estimés à 5,28 milliards d’euros en 2014, soit 7 % du PIB du royaume.