Les Marocains vaccinés dépités à cause des barrières sanitaires européennes

Les Marocains vaccinés dépités à cause des barrières sanitaires européennes




Alors que le Maroc a rouvert son ciel le 15 juin, les Marocains vaccinés souhaitant voyager à l’extérieur du royaume se heurtent aux barrières sanitaires européennes. Les pays (comme la France) alignés sur les normes européennes ne reconnaissent pas les vaccins chinois.




Vaccins chinois non reconnus, pass vaccinal rejeté. Le chroniqueur marocain Karim Boukhari exprime son dépit : « J’ai la nette impression que ce vaccin est devenu un visa. J’ai mon visa mais mon vaccin est chinois. C’est comme si je n’avais pas de visa ».

Les pays alignés sur les normes européennes ne reconnaissant pas les vaccins chinois Sinopharm et Sinovac ou le russe Spoutnik V.

En conséquence, les mesures qui s’appliquent aux voyageurs non vaccinés – présenter un test négatif de dépistage du Covid-19, se soumettre aux mêmes mesures de confinement – s’imposent aux voyageurs marocains ou d’autres nationalités ayant reçu ces vaccins.




Dans un message sur son compte Twitter, l’ambassade de France au Maroc a d’ailleurs été on ne peut plus clair : « Les titulaires d’un visa ne sont pas automatiquement autorisés à voyager en France et doivent respecter les conditions d’entrée […] au regard de la vaccination ».

La non reconnaissance des vaccins chinois suscite incompréhension et indignation. Dans une correspondance qui a été adressée à Jean-Baptiste Lemoyne, l’actuel secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie, l’Association des Français au royaume du Maroc se dit choquée que la France n’admette pas le vaccin Sinopharm.

Ceci malgré le fait que « Le vaccin chinois a montré son efficacité.




Preuve en est la nette diminution du nombre de décès observée dans tous les pays ayant choisi Sinopharm », a déclaré Dr Saïd Atif, membre du Comité national scientifique de la vaccination.

Emer Cooke, directrice de l’EMA a fait savoir que l’agence européenne des médicaments « a eu des discussions initiales avec Sinopharm », mais le laboratoire chinois n’a pas ensuite présenté de dossier d’agrément, contrairement à Sinovac et Spoutnik V.

Ces vaccins sont d’ailleurs en cours d’évaluation. « Honnêtement, je ne sais pas pourquoi ils n’ont pas poursuivi », a-t-elle ajouté. Les autorités marocaines négocient en toute discrétion la reconnaissance par Paris des vaccins validés par l’Organisation mondiale de la santé, Sinopharm, Sinovac et Spoutnik V.