Vacances au Maroc: les tour-opérateurs français sont ravis

Vacances au Maroc : les tour-opérateurs français se frottent les mains




Les tour-opérateurs français se réjouissent de la reprise des vols entre l’hexagone et le royaume, assurant que la décision et les mesures incitatives qui vont avec, boostent leurs chiffres d’affaires et engendreront, à moyen et long terme, de nombreuses retombées positives sur le secteur du tourisme.




Les tour-opérateurs et les agences de voyages enregistrent depuis le 15 juin dernier, un mouvement qui est très positif de la part des voyageurs, a déclaré le président du Syndicat français des entreprises de Tour Operating (SETO), René-Marc Chikli, soulignant qu’après l’annonce de la décision, beaucoup de gens ont commencé à réserver leurs billets.

Le syndicat se dit satisfait de la décision de Royal Air Maroc d’étendre ses tarifs exceptionnels, initialement dédiés aux Marocains résidant à l’étranger, à tous les passagers de l’étranger vers le royaume du Maroc.




« C’est parfait ! Moins on paie le billet d’avion moins cher, mieux on a envie de voyager, davantage on pourrait dépenser localement ». C’est ce que fait observer le président du Syndicat français des entreprises de Tour Operating René-Marc Chikli. «

Tout ce qui facilite le voyage aujourd’hui, y compris l’accessibilité avec des prix intéressants, est forcément positif pour le tourisme d’une manière générale », a-t-il ajouté avant d’inviter toutes les compagnies aériennes qui desservent le royaume du Maroc, notamment Air France ou encore EasyJet, à faire comme Royal Air Maroc.




Si les tour-opérateurs et agences de voyages applaudissent les conditions de reprise des vols, maillon essentiel du tourisme, ils regrettent toutefois une décision tardive concernant les allègements des restrictions. « Aujourd’hui, l’été a été amputé de trois mois, avril, mai et juin.

Les décisions tardives concernant la levée des restrictions, font que juillet est pratiquement compromis. Nous ferons plutôt août et septembre », explique M. Chikli, qui dit vouloir compter sur la visibilité de l’arrière-saison au vu de l’espoir suscité par le mouvement de ces dernières semaines.