Espagne: les actes racistes s’intensifient à l’encontre des Marocains

Espagne : les actes racistes s’intensifient à l’encontre des Marocains




Les crimes, violences et autres actes discriminatoires se multiplient à l’encontre des Marocains résidant en Espagne. Face à l’ampleur de la situation, plusieurs associations de défense des droits de l’homme tirent la sonnette d’alarme, appelant les autorités espagnoles à agir.




Dans un communiqué, l’Association des travailleurs migrants marocains (ATIM) s’est dite inquiète face à la recrudescence des actes hostiles à l’égard de la communauté marocaine, mettant en avant un certain nombre de faits recensés ces dernières semaines (crimes, violences physiques et verbales et autres actes discriminatoires).

L’assassinat du jeune marocain Youness par un ex-militaire espagnol juste « parce qu’un criminel ne voulait pas des moros » dans l’établissement où le défunt était attablé avec des amis, commente l’Association des travailleurs migrants marocains.




Ceci avant de citer l’agression à l’arme blanche contre une Marocaine à la sortie d’un supermarché, l’assassinat d’un autre Marocain qui a été abattu, suite à un accident de voiture, par un agent de la Guardia Civil qui n’était même pas en service. Tous ces actes, résume l’organisation, reflète le degré de haine qui s’exprime ouvertement ces dernières années.

L’Association des travailleurs migrants marocains note que cette haine est nourrie par les discours racistes, extrémistes, islamophobes et discriminatoires de l’extrême droite. « De fait, le rejet de la communauté marocaine a franchi un cap intolérable ».




C’est ce qu’a indiqué l’Association des travailleurs migrants marocains dans son communiqué. La Fondation CEPAIM, qui œuvre activement pour les droits des migrants et leur intégration, appelle quant à elle, à la cohésion en vue de constituer un front commun contre toute forme de discrimination raciale ou ethnique.

« La triste réalité est que Youness est mort, car il est d’origine marocaine », a-t-elle déploré. De son côté, la formation d’extrême gauche Podemos a dénoncé avec vigueur Vox et son discours de haine, ayant conduit à des actes meurtriers contre la population migrante.