Enfin une parade pour le problème du «Negro», un calvaire pour les pêcheurs du nord du Maroc

Au nord, les pêcheurs bientôt débarrassés du dauphin noir, leur pire ennemi




Le dauphin noir continue de faire des ravages chez les pêcheurs du nord du Maroc qu’il prive de leur poisson en détruisant à chaque fois leur filet de pêche une fois remplis. Le ministère de l’Agriculture semble avoir trouvé une parade contre ce prédateur.




Le quotidien arabophone Al Akhbar rapporte que le ministère de l’Agriculture et des pêches maritimes vient d’annoncer officiellement avoir trouvé une parade technologique pour le problème du dauphin noir , qui est appelé «Negro». C’est un calvaire pour les pêcheurs du Rif en particulier et du nord du royaume du Maroc en général.

Cette annonce serait intervenue lors d’une récente réunion tenue à Tanger, sous la supervision de nombreux cadres du département de la Pêche. Ces derniers ont informé les acteurs de la pêche dans la région du nord qu’une solution pratique, visant à éradiquer la prédation du dauphin noir.




Celui-ci est connu pour s’attaquer aux filets de pêche une fois ces derniers remplis de poissons, et les vidant ainsi de leur contenu pour les besoins de sa propre consommation. La prédation des bancs de Negro (dauphin noir) a également porté un seérieux coup à l’activité de plusieurs ports de pêche du nord, en particulier ceux de Mdiq et d’Al Hoceïma.

Al Akhbar rappelle que c’est une décision royale qui est derrière la recherche d’une solution technologique efficace en vue de garantir aux pécheurs du nord la pérennité de leur activité, dont dépend également l’approvisionnement alimentaire de la région du nord.




Al Akhbar précise également que certains politiciens n’ont cessé ces derniers temps, et à l’approche de chaque échéance électorale, d’approcher les pêcheurs du nord et de leur promettre qu’une solution sera rapidement trouvée à leur calvaire avec le Negro, avant de disparaitre une fois les élections passées.

Pour rappel, de nombreux pêcheurs du nord, propriétaires de bateaux de pêche, ont déjà reçu des compensations de la part de l’Etat pour les pertes engendrées par le Negro. D’autres attendent toujours de recevoir leur part de ces aides, mais surtout la mise en œuvre de solutions qui les protégeraient des dauphins noirs.