(Vidéo) Crise commerciale entre le Maroc et l’Égypte

(Vidéo) Crise commerciale entre le Maroc et l’Égypte




Une profonde crise commerciale semble se déclarer entre le Maroc et l’Égypte. Les échanges commerciaux sont au point mort. Les raisons? Un blocage des exportations marocaines par les autorités égyptiennes, qui coûterait au Maroc la bagatelle de 6 milliards de dirhams chaque année.




Une passe d’arme commerciale se joue actuellement entre le Maroc et l’Egypte. Les échanges commerciaux entre les deux pays sont bloqués.

Une situation qui fait réagir le ministre de tutelle, Moulay Hafid El Alamy, en charge de l’Industrie et du Commerce. «Cette crise nous coûte 6 milliards de dirhams par an! Les autorités égyptiennes font la fine bouche.

Si les voitures que nous produisons sortent de l’usine de Somaca, elles passent curieusement la douane, mais si elles sont montées dans les usines de Renault, il y a blocage», a-t-il expliqué lors de son passage, vendredi dernier, devant la commission des secteurs productifs relevant de la chambre des représentants.

Selon certains médias, un premier lot de véhicules Dacia sortis de l’usine Renault de Tanger avait été interdit d’accès au marché égyptien.




Tandis qu’un deuxième composée de 350 unités en provenance de l’usine Somaca a connu le même sort, avant que la situation ne soit débloquée suite à l’intervention des autorités marocaines.

Au cours d’un entretien avec son homologue égyptienne, MHE a clairement expliqué qu’il était personnellement responsable des blocages des importations égyptiennes, une réponse claire aux agissements des autorités de ce pays.

« J’en ferais plus si nécessaire. Il n’y a aucune raison pour que les produits marocains restent bloqués dans les ports pendant 3 mois et que les exportations égyptiennes entrent [au Maroc, Ndlr] en un jour.

S’ils [nous] bloquent 3 mois, nous [les] bloquerons 3 mois aussi. Si l’Egypte bloque l’entrée de nos voitures, nous bloquerons leurs marchandises», a-t-il fermement martelé.




Selon MHE, il y a aussi un autre problème, qui caractérise ces relations commerciales avec l’Egypte: un problème de containers trafiqués.

«Nous avons fait un sondage, 3 containers sur 5 ne sont pas conformes. Ils proviennent de Chine, alors qu’ils ont un certificat d’origine égyptien.

Une pratique dommageable pour le Royaume», confie-t-il. L’Accord de libre-échange entre le Maroc et l’Egypte avait été signé le 27 mai 1998. Entré en vigueur le 29 avril 1999, cet accord s’applique aux produits industriels originaires et en provenance des deux pays.

Ce conflit commercial rappelle à bien des égards celui qui a opposé le Maroc et la Turquie, et qui s’est finalement résolu par la renégociation de l’accord de libre-échange entre les deux pays, lequel avait été conclu bien des années auparavant.