Des voitures fabriquées au Maroc bloquées par la douane égyptienne accèdent au marché égyptien

Le lot de 250 voitures fabriquées au Maroc, bloquées par la douane égyptienne en mars dernier, a fini par accéder au marché égyptien.




Le ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy aurait trouvé la formule adéquate pour la levée de l’interdiction d’importer les voitures de l’usine Tanger Med en Égypte. Jusqu’à maintenant, l’Égypte opposait au Maroc le fait que ces véhicules sont fabriqués à Tanger, «une zone franche» et non pas à l’usine de Somaca. Face à l’argumentaire marocain, les autorités égyptiennes ont revu leurs positions. «D’un côté, l’accord d’Agadir ne mentionne pas le cas des productions issues des zones franches. De l’autre côté, Tanger n’est plus considérée comme une zone franche.»




Le Maroc a revu sa législation en la matière pour se conformer aux normes fiscales internationales. Les sources confient qu’à priori, les 250 voitures «made in Morocco» peuvent désormais accéder sans entraves au marché égyptien. Le ministre de l’Industrie du Maroc et son homologue égyptienne Nevin Jameh ont donc réussi à aplanir les divergences et une commission technique conjointe a été constituée entre les deux ministères dans le but d’améliorer la fluidité des échanges commerciaux entre les deux pays, et de vérifier les procédures et les délais qui lui sont associés.