Maroc: flambée du prix du mouton de l’Aïd

Maroc : flambée du prix du mouton de l’Aïd, les intermédiaires pointés du doigt




À quelques jours de l’Aïd Al-Adha, les prix du mouton montent en flèche au Maroc. Les intermédiaires et autres chennaqas sont pointés du doigt.




Le mouton moyen est vendu entre 2 500 et 3 000 DH, tandis que le prix du mouton de qualité varie entre 3 500 à 7 000 DH, ont constaté des reporters du journal arabophone Al Massae, qui ont sillonné plusieurs points de vente à Casablanca et sa périphérie. Les intermédiaires et autres chennaqas sont à l’origine de cette flambée de prix.

Ils interviennent régulièrement dans le circuit de la vente du mouton en monopolisant la majorité des magasins de revente. Ces intrus incitent les vendeurs de fourrages à augmenter le prix de leur marchandise.




Le prix de la botte passe ainsi de 40 à 90 DH. À Casablanca, la revente des moutons achetés chez des éleveurs à Sidi Rahal et Had Soualem rapporte gros aux intermédiaires à Casablanca. Ils réalisent des bénéfices oscillant entre 500 et 1 500 DH par tête de bétail. Leur clientèle cible ? Les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Contrairement à l’année, bon nombre de MRE rentrent au Maroc pour célébrer l’Aïd Al-Adha en famille, pour y passer les vacances d’été. Face à la flambée du prix du mouton, les Casablancais appellent des autorités compétentes à intervenir.