Logiciel espion Pegasus: le Maroc accusé d’espionner l’Algérie

Le Maroc accusé d’avoir espionné l’Algérie à l’aide du logiciel espion Pegasus




Le royaume du Maroc aurait espionné de nombreux responsables algériens, dont Saïd Bouteflika, frère de l’ancien président déchu Abdelaziz Bouteflika, à l’aide du logiciel israélien Pegasus. C’est ce qu’affirme le journal Le Monde qui a publié une enquête menée sur des milliers de numéros.




Nouvelles révélations sur l’utilisation du logiciel israélien Pegasus. Selon l’enquête menée par le journal Le Monde, Saïd Bouteflika aurait été espionné grâce à Pegasus, et que le Maroc est le plus gros utilisateur du logiciel israélien.

En Algérie, plus de 6000 numéros auraient été piratés par le client marocain de la société israélienne NSO Group et utilisateur du spyware Pegasus. Des téléphones appartenant à des responsables politiques, des journalistes, des diplomates, des hauts fonctionnaires, des activistes voire des militaires.

Depuis quelques jours, le royaume du Maroc est accusé d’avoir ciblé 10 000 numéros, essentiellement marocains, algériens et français, après la publication de l’enquête de Forbidden Stories et de ses partenaires dont le journal Le Monde.

Deux médias français Mediapart et le Canard enchaîné ont déposé plainte, et le parquet de Paris a ouvert une enquête sur l’espionnage de journalistes français. De son côté, le royaume du Maroc a rejeté en bloc ces accusations.