Accusé d’espionnage, le Maroc condamne une campagne médiatique mensongère malveillante

Accusations d’espionnage: le maroc condamne la malveillance d’une campagne médiatique mensongère




Le Royaume du Maroc condamne vigoureusement la campagne médiatique persistante et mensongère, massive et malveillante, évoquant une soi-disant «infiltration» d’appareils téléphoniques de plusieurs personnalités publiques marocaines et étrangères, via un logiciel informatique.




Publié aux premières heures de ce mercredi 21 juillet 2021, un communiqué du gouvernement du Royaume du Maroc rejette «catégoriquement» ces «allégations mensongères et infondées», et met au défi leurs colporteurs, dont l’ONG Amnesty International et le consortium «forbidden stories», ainsi que leurs soutiens et protégés, de fournir la moindre preuve tangible et matérielle, en appui à leurs récits surréalistes.

D’ailleurs, le Maroc, précise ce même document émanant du gouvernement, est à nouveau la cible de ce genre d’attaques haineuses, qui trahissent «la volonté de certains milieux» médiatiques et d’ONGs de le mettre «sous leurs ordres» et sous leur «tutelle». À leur grand dam, cela n’est pas possible, précise le communiqué.

Le Royaume du Maroc, qui a connu ces dernières années de grandes réalisations dans de nombreux domaines, continuera sur sa lancée pour consolider son émergence économique et son développement social, ajoute ce même communiqué.

Fort de son bon droit et convaincu du bien-fondé de sa position, le Royaume optera pour des démarches judiciaires, au Maroc et à l’international, à l’encontre de toute partie reprenant à son compte ces allégations fallacieuses, conclut le communiqué du gouvernement.