Les colonies israéliennes: un crime de guerre selon l’ONU

Les colonies israéliennes: un crime de guerre rapporte l’ONU




Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de la personne dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, Michael Lynk, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé depuis 1967, vient d’appeler la communauté internationale à désigner la création de colonies israéliennes comme crimes de guerre en vertu du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, souligne PAJU, association canadienne des Palestiniens et Juifs Unis).




Lynk a déclaré que les colonies israéliennes violent l’interdiction absolue contre le transfert par une puissance occupante d’une partie de sa population civile dans un territoire occupé.

La communauté internationale a qualifié cette pratique de crime de guerre lorsqu’elle a adopté le Statut de Rome en 1998.

« Pour Israël, les colonies ont deux objectifs liés. L’un est de garantir que le territoire occupé restera sous contrôle israélien à perpétuité. Le deuxième objectif est de garantir qu’il n’y aura jamais un véritable État palestinien », a déclaré Lynk au Conseil des droits de la personne à Genève.

« Ce sont exactement les raisons pour lesquelles la communauté internationale a accepté d’interdire la pratique de l’implantation de colons lorsqu’elle a créé la Quatrième Convention de Genève en 1949 et le Statut de Rome en 1998. »




Il a déclaré que les colonies israéliennes étaient « le moteur de l’occupation israélienne vieille de 54 ans, la plus longue du monde moderne ». Il y a maintenant près de 300 colonies à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie, avec plus de 680 000 colons israéliens.

Lynk a déclaré que l’illégalité des colonies israéliennes est l’une des questions les plus réglées et les moins controversées du droit international moderne et de la diplomatie.

Leur illégalité a été confirmée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Assemblée générale, le Conseil des droits de l’homme, la Cour internationale de Justice, le Comité international de la Croix-Rouge, les Hautes Parties contractantes à la quatrième Convention de Genève et par de nombreuses organisations de défense des droits de l’homme.




« C’est un paradoxe tragique que, alors que les colonies israéliennes sont clairement interdites par le droit international, la communauté internationale a été remarquablement réticente à appliquer ses propres lois », a-t-il déclaré.

« En décembre 2016, le Conseil de sécurité de l’ONU a réitéré sa demande de longue date dans la résolution 2334 qu’Israël doit immédiatement et complètement cesser toutes les activités de colonisation.

Pourtant, depuis début 2017, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient a signalé au Conseil de sécurité à 18 reprises consécutives qu’Israël n’avait pris aucune mesure pour se conformer à ses obligations en vertu de la résolution 2334.




Dans son rapport, le Rapporteur spécial a appelé la communauté internationale à adopter un plan d’action:

1. Soutenir pleinement le travail du Bureau du Procureur de la CPI alors qu’il enquête pour savoir si les colonies israéliennes violent le Statut de Rome.

2. Appeler Israël à démanteler entièrement ses colonies.

3. Développer un menu complet de mesures de responsabilité pour mettre Israël en conformité avec le droit international s’il continue à défier la communauté internationale.

4. Garantir l’entière responsabilité des dirigeants politiques, militaires et administratifs israéliens responsables de violations graves du droit international dans le territoire palestinien occupé.

5. Appeler tous les États membres de l’ONU à mettre en œuvre l’injonction du Conseil de sécurité en 1980, dans la résolution 465, de ne fournir à Israël aucune assistance à utiliser dans le cadre des colonies.