Maroc: les femmes enceintes bientôt vaccinées

Covid-19: au Maroc, les femmes enceintes bientôt vaccinées




Les femmes enceintes arrivant au terme de leur premier trimestre de grossesse seront bientôt éligibles à la vaccination anti-Covid, selon le Comité scientifique et technique marocain chargé de la stratégie de vaccination anti-Covid-19.




Suite à la demande du ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, le Comité scientifique et technique marocain chargé de la stratégie de vaccination anti-Covid-19 a tenu, hier, une réunion extraordinaire pour discuter la situation des catégories non éligibles à la vaccination, en l’occurrence les femmes enceintes ou allaitantes.

Selon le Dr. Saïd Afif, membre du comité scientifique et technique de la vaccination anti-covid-19, la discussion a porté sur «la mise à jour des contre-indications du vaccin pour inclure les femmes enceintes et allaitantes, parce qu’en cas de contamination, bon nombre de ces femmes enceintes arrivent en réanimation».

Le ministère envisage d’intégrer cette catégorie dans la liste des personnes éligibles à la vaccination contre le virus, «sur la base de plusieurs études cliniques et scientifiques qui ont été réalisées, démontrant que les femmes enceintes et allaitantes peuvent se faire vacciner», ajoute-t-il.




La condition est que celles-ci seront autorisées à avoir leurs doses du vaccin anti-Covid dès qu’elles auront bouclé leur premier trimestre de grossesse, selon les règles scientifiques en vigueur.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la volonté du Royaume d’accélérer le rythme de vaccination au niveau national, en étendant la base des bénéficiaires, tout en assurant des quantités suffisantes de vaccins de sources diversifiées.

Selon les chiffres officiels du ministère de la Santé, la population des plus de 60 ans (population-cible) est vaccinée à hauteur de 94%. La catégorie des 40-59 ans est vaccinée à hauteur de 70%, tandis que la proportion des 30-40 ans est vaccinée à hauteur de 39%.

Par ailleurs, le Dr. Afif appelle «les jeunes à se faire vacciner pour éviter tout risque de réinfection chez les plus grands, et ne pas opter pour une approche individualiste, quant à la décision de se faire vacciner ou pas», l’objectif étant d’assurer l’immunité collective à l’ensemble de la population.