Des familles marocaines sous la menace d’expulsion de Melilla

Des familles marocaines sous la menace d’expulsion de Melilla




Les familles marocaines en situation irrégulière à Melilla qui engagent des procédures administratives pour obtenir la carte d’identité pour leurs enfants mineurs ou demander leur scolarisation, risquent l’expulsion.




Des familles marocaines résidant à Melilla risquent d’être expulsées vers le Maroc après un long parcours du combattant pour faire inscrire leurs enfants à l’école.

Le même sort est réservé à plusieurs mères d’origine étrangère résidant à Valence qui ont mené les démarches pour obtenir les cartes d’identité à leurs enfants espagnols, fait savoir le journal espagnol El Pais.

« Cette pratique constitue une violation des principes d’égalité et de sécurité juridique et viole le statut de la victime », estime le Médiateur, Francisco Fernández Marugán. Selon lui, cette manière de procéder est « injuste et préjudiciable ».

Et cette manière de procéder pourrait avoir « un effet dissuasif » sur d’autres familles se trouvant dans une situation similaire.

Les villes occupées de Ceuta et Melilla sont les seuls territoires d’Espagne où les familles doivent présenter d’autres documents attestant de la résidence effective avant de bénéficier de l’assurance maladie ou de scolariser leurs enfants.




« Il y a des familles qui luttent depuis des années pour la scolarisation de leurs enfants. Une fois qu’elles certifient (la résidence), on les convoque au poste de police, elles se présentent de bonne volonté et on enclenche alors la procédure pour leur expulsion.

C’est une vengeance absolue infligée aux personnes les plus vulnérables », dénonce José Luis Candela, avocat spécialisé.

Selon Jose Palazón, fondateur de l’Association pour les droits de l’enfant (Prodein) à Melilla, la situation des enfants nés à Melilla et qui sont empêchés d’aller à l’école constitue une violation des droits fondamentaux des mineurs, comme l’avait souligné à l’Espagne le Comité des droits de l’enfant des Nations unies.

Aussi, l’expulsion en l’espèce, est doublée d’une interdiction d’entrée sur le territoire espagnol sur une période ne dépassant pas cinq ans, ce qui affecte sérieusement les familles résidant à Melilla, ville frontalière avec la ville de Nador.