Décarbonation: un atout pour améliorer la compétitivité industrielle du Maroc

Décarbonation: un atout pour améliorer la compétitivité industrielle du Royaume du Maroc




Le Royaume du Maroc voit en la décarbonation un atout pour améliorer sa compétitivité industrielle. Elle permet de réduire le coût de l’énergie de 25% à 30% tout en augmentant le taux d’intégration industrielle.




Le Royaume du Maroc brigue ouvertement la course à la première place de l’industrie automobile. Les Inspirations ÉCO pense que cela serait atteignable dans les deux à trois prochaines années.

Relayant les propos de Moulay Hafid Elalamy, minsitre de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, le journal assure que « la clé de cette transformation compétitive sera la décarbonation de l’industrie, c’est-à-dire l’accompagnement des entreprises industrielles dans l’investissement en équipements moins émetteurs de CO2 ».

Il estime que le pays « a toutes les dotations factorielles requises pour se lancer dans ce chantier à savoir du soleil toute l’année et des ressources humaines suffisantes et qualifiées pour la production d’électricité à partir de panneaux photovoltaïques ».




De plus, le Royaume du Maroc « sait produire de l’énergie renouvelable » induisant une chute du coût de production de l’énergie renouvelable, notamment du solaire photovoltaïque.

Le quotidien parle d’une réduction de 25% à 30%. Ce qui constitue un avantage compétitif non négligeable. À cela s’ajoute « la proximité géographique avec l’Europe (14 kilomètres), un marché qui absorbe 65% des exportations marocaines ».

Pour Les Inspirations ÉCO, « la décarbonation est une excellente occasion pour relever le niveau du taux d’intégration locale (TIL) ». L’objectif est de monter à un taux d’intégration automobile de 80%.

Il faudra pour ce faire résoudre « le sujet de l’énergie, particulièrement dans des industries énergivores comme l’aciérie, la verrerie pour la fabrication de pare-brises ou encore la plasturgie où ce facteur représente 60 à 70% des coûts de production ».




Le recours à l’énergie renouvelable a permis au Maroc d’être « éligible à ce type d’industries avec une capacité de production d’énergie renouvelable suffisante ». Il serait temps de se lancer, estime le journal.

D’autant plus que le pays, selon les directions du ministre reprises par le quotidien, est capable.de produire un véhicule décarboné au même prix qu’un véhicule carboné en Inde.

Cette volonté de décarboner intervient, selon le journal, à un moment où l’Europe s’apprête à mettre en place une taxe carbone qui risque d’impacter le Royaume du Maroc.

« Il ne sera prochainement plus possible d’exporter vers l’Europe des produits non décarbonés ». D’où l’urgence de lancer ce chantier. Les Inspirations ÉCO soutient que 150 projets d’économie verte seront bientôt lancés.