Nouvelle condamnation pour le journaliste Omar Radi

Nouvelle condamnation pour le journaliste Omar Radi




Alors qu’il purge une peine de six ans dans une double affaire d’«espionnage» et de «viol», le journaliste Omar Radi a été condamné à une nouvelle peine de trois mois de prison avec sursis par la justice marocaine.




Selon l’AFP, qui cite l’avocat Me Miloud Kandil, les déboires d’Omar Radi avec la justice remontent en juillet 2020, où se sentant «harcelé», à la sortie d’un bar, il était rentré en altercation avec deux journalistes de Chouf TV.

Le militant en détention provisoire avait affirmé être poursuivi en raison de ses opinions critiques du pouvoir.

En juillet dernier, il a encore écopé de six ans de prison ferme dans une affaire de «viol» et d’ «espionnage».

Le cas Imad Stitou
Imad Stitou, 32 ans, a été condamné, lui, à un an de prison, dont six mois ferme dans la même affaire. Il avait d’abord été présenté comme l’unique témoin à décharge dans l’affaire de viol avant d’être poursuivi en état de liberté au cours de l’instruction. Imad Stitou demeure aujourd’hui libre.

Les peines des deux journalistes ont été assorties d’un dédommagement de 200 000 dirhams à la partie civile, avec une contribution à hauteur d’un tiers pour Imad Stitou.

Son cas a mobilisé au Maroc comme à l’étranger : des défenseurs des droits humains, des intellectuels et des responsables politiques réclamaient sa libération provisoire.