Italie: la marocaine Laila El Harim n’était pas formée pour utiliser la machine qui l’a tuée

Italie: la marocaine Laila El Harim n’avait pas été formée pour utiliser la machine qui l’a tuée




Maman et épouse, l’ouvrière marocaine, Laila El Harim, a été retrouvée morte le 3 août 2021, à Camposanto, une commune de la province de Modène dans la région d’Emilie-Romagne, en Italie. La police italienne a mené une enquête et voici ce qu’il en ressort.




Originaire du Maroc, Laila El Harim, ouvrière d’une quarantaine d’années, est décédée la semaine dernière dans un accident de travail dans une usine de Camposanto, située dans la province de Modène.

Ce mardi 10 août 2021, les conclusions de l’enquête ouverte par la police italienne ont démontré que la jeune femme n’avait pas été formée à l’utilisation de la machine qui a provoqué sa mort.

Laila El Harim, qui a laissé derrière elle une fille de quatre ans et un compagnon, est décédée après s’être retrouvée coincée dans une machine. Ce décès s’ajoute à une vague d’accidents de travail mortels en Italie.

Selon l’agence de presse italienne, deux personnes, le représentant légal de l’entreprise et le responsable de la sécurité, font l’objet d’une enquête pour homicide présumé en rapport avec l’affaire. Les funérailles de la femme ont lieu ce mardi dans la province de Modène, dans la ville de Massa Finalese.

Laila El Harim vivait en Italie depuis plus de vingt ans et avait une petite fille, âgée de quatre ans. Elle venait de commencer son service, lorsqu’elle s’est retrouvée coincée dans la machine. Cette ouvrière vivait à Bastiglia, une petite ville à dix minutes de Camposanto.