Affaire Brahim Ghali: le juge inculpe le chef de cabinet de l’ex-ministre des affaires étrangères espagnole

Affaire Brahim Ghali: le juge inculpe le chef de cabinet de l’ex-ministre des affaires étrangères espagnole




Le chef du tribunal d’instruction numéro 7 de Saragosse, Rafael Lasala, a convoqué le chef du cabinet du ministère des Affaires étrangères, Camilo Villarino, en vue de témoigner en tant qu’accusé, dans le cadre de l’entrée incontrôlée de Brahim Ghali en Espagne.




L’avocat général, Antonio Urdiales, a déposé plainte auprès du magistrat de Saragosse pour les délits présumés de prévarication, de dissimulation de personnes et de détournement de fonds publics. La comparution est prévue pour le 1er septembre prochain.

Le chef du cabinet du ministère des Affaires étrangères, Camilo Villarino, comme l’ont révélé plusieurs médias espagnols, était chargé de préparer l’arrivée du chef dodu Polisario Brahim Ghali en Espagne sans aucun contrôle «douanier ou d’immigration».

C’est ce qu’il a lui-même admis dans une réponse au juge de Saragosse qui tente d’éclaircir les circonstances dans lesquelles le chef des milices armées séparatistes est entré sur le territoire espagnol sans aucune procédure, douanière ou d’immigration.




Le chef d’état-major de l’époque d’Arancha Gonzalez Laya a avoué avoir contacté «le deuxième chef d’état-major général de l’Air, Francisco Javier Fernandez Sanchez», afin qu’il n’effectue pas «de procédures douanières ou d’immigration».

Le texte de la déclaration soulignait que «la personne qui a communiqué par téléphone avec l’état-major de l’armée de l’air, le 18 avril, était le soussigné, Camilo Villarino Marzo, directeur de cabinet du ministre», à l’époque.

Camilo Villarino a été remercié après le limogeage de Gonzalez Laya, celle-ci a été remplacée par José Manuel Albares dans le cadre d’un vaste remaniement ministériel. Dans sa décision, le juge Lasala a cité également comme témoin le chef de l’état-major de l’Air, Francisco Javier Fernandez Sanchez.