Maroc: les générateurs d’oxygène de plus en plus rares sur le marché

Maroc: les générateurs d’oxygène de plus en plus rares sur le marché




La flambée des cas de Covid a eu pour conséquence une forte demande pour les générateurs d’oxygène, des appareils qui deviennent de plus en plus rares sur le marché.




Comme si la situation sanitaire n’était pas déjà très grave, voilà qu’on apprend aujourd’hui que les générateurs d’oxygène, un dispositif médical ô combien important pour sauver les vies des cas atteints par les formes les plus graves de la Covid-19, sont quasiment introuvables sur le marché.

C’est en tout cas ce que rapporte le journal arabophone Assabah. D’après le quotidien, la flambée des cas d’infection ces dernières semaines s’est traduite par une forte demande pour les générateurs d’oxygène, indispensables pour les personnes souffrant de problèmes respiratoires à cause du virus.

Cela a eu pour conséquence une forte inflation de ces dispositifs dont le stock fond comme neige au soleil, une situation qui rappelle celle vécue au début de la pandémie l’année dernière.




Selon Anouar Yadini, président de l’Association marocaine des professionnels des dispositifs médicaux, cité par Assabah, une semaine après Aid Al-Adha, la nouvelle vague de contamination qui génère des milliers de nouveaux cas chaque jour a quasiment épuisé le stock de générateurs d’oxygène.

La même source ajoute que ces générateurs sont des appareils électriques qui ont l’avantage de pouvoir être utilisés à domicile, et permettent de produire de l’oxygène directement à partir de l’air naturel.

Cela étant, d’après le quotidien, le président de l’Association marocaine des professionnels des dispositifs médicaux pointe du doigt la responsabilité de la Direction des médicaments et de la pharmacie, relevant du ministère de la Santé, dans la disparition de ces appareils du marché.




Selon lui, « celle-ci prend du retard dans l’octroi des certificats d’enregistrement aux sociétés qui importent les générateurs. Ces documents sont indispensables pour pouvoir approvisionner le marché, c’est pourquoi l’association a transmis une missive à la tutelle pour résoudre la problématique, mais qui n’a pas encore eu de réponse à ce jour ».

Pire encore, à en croire la source d’Assabah, la Direction des médicament « interdit même depuis quelques jours l’accès à son bâtiment aux représentants des sociétés importatrices souhaitant obtenir le fameux sésame ».

Ce qui complique encore davantage la communication entre elle et les professionnels. Pourtant, l’année dernière, l’Association marocaine des professionnels des dispositifs médicaux avait bien saisi le ministère pour faciliter l’octroi des autorisations.




Ce à quoi la tutelle avait répondu positivement en actant l’octroi d’autorisations exceptionnelles. Sauf que dans la pratique, cela n’a pas changé grand-chose au regard des difficultés administratives rencontrées par les entreprises pour répondre aux exigences de la Direction des médicaments.

C’est ce qui explique d’ailleurs qu’actuellement, plusieurs dossiers déposés il y a des mois n’ont toujours pas obtenu le certificat nécessaire pour importer les générateurs. Dans ce contexte, quoi de plus normal que de voir les prix de ces appareils flamber.

Le quotidien arabophone rapporte dans ce sens qu’ils se négocient actuellement entre 8.000 et 18.000 dirhams selon la marque et le débit. Le coût de production de l’oxygène revient lui entre 2 et 5 dirhams le litre.