Des ONG appellent à rapatrier les marocains détenus en Algérie, Tunisie et Libye

Des ONG lancent un appel pour rapatrier les marocains détenus en Algérie, en Tunisie et en Libye




Plusieurs ONG marocaines ont tiré la sonnette d’alarme sur les conditions inhumaines dans lesquelles vivent des Marocains candidats à l’immigration détenus en Lybie, en Algérie et en Tunisie. Ces associations appellent les pouvoirs publics à les rapatrier dans les plus brefs délais.




Plusieurs associations des droits de l’homme et de l’aide aux migrants ont, dans un communiqué commun, appelé les pouvoirs publics à intervenir immédiatement pour sauver des centaines de Marocains détenus en Lybie, en Algérie et en Tunisie.

Le quotidien arabophone Al Massae rapporte que ces ressortissants marocains sont détenus dans des conditions inhumaines et que certains d’entre eux ont été torturés.

Le communiqué souligne qu’il s’agit de centaines de Marocains candidats à l’immigration qui ont été emprisonnés dans plusieurs villes en Lybie et en Algérie sans oublier ceux qui sont décédés et dont les corps croupissent dans les morgues.

Les associations indiquent que 39 Marocains, qui ont été arrêtés en Lybie, ont été transférés en Tunisie où ils ont été mis en quarantaine dans un centre d’hébergement à Titaouane.




Il est vrai, poursuit le communiqué, que ce centre est supervisé par l’Organisation internationale pour les migrations mais, ses résidents vivent dans des conditions difficiles notamment en matière d’hygiène et de santé.

Malgré leurs demandes pressantes d’être rapatriés dans leur pays, depuis plus de quatre mois, les pouvoirs publics continuent à faire la sourde oreille, précise le communiqué.

Encore faut-il rappeler que les familles de ces jeunes vivent le même calvaire d’attente craignant qu’ils ne leur arrivent un malheur à cause des conditions de leur détention précaires.

Le quotidien Al Massae rapporte que les associations précitées ont, en outre, attiré l’attention des autorités sur la situation des Marocains résidant en Lybie. Eux aussi, poursuit le communiqué, sont confrontés à d’innombrables problèmes en l’absence d’ambassade.




Et en l’absence de toute autre institution où ils pourraient régler leurs affaires, voire solliciter leur protection en cas de danger.

Tout en exprimant leur inquiétude face à la situation dramatique des migrants marocain, les associations appellent les autorités à assumer leur responsabilité vis-à-vis de leurs ressortissants pour protéger leur droits et leur dignité.

Le communiqué les exhorte à rapatrier ceux qui ont exprimé leur désir de retourner dans leur pays et à intervenir d’urgence pour trouver des solutions aux problèmes des Marocains résidant en Lybie.

Les associations précitées ont prié l’organisation mondiale des migrations de demander à l’Etat tunisien de protéger les droits des migrants et ont appelé le Maroc et l’Algérie à ouvrir les frontières pour transférer les dépouilles des personnes décédées afin qu’elles soient enterrées dans leur pays natal.