La presse algérienne glorifie «la plus importante aide reçue jusqu’ici par l’Algérie»

La presse algérienne glorifie «la plus importante aide reçue jusqu’ici par l’Algérie»




Après que les feux de forêts ont été quasiment éteints en Algérie, le Polisario sort du buisson pour annoncer l’envoi d’aides aux zones sinistrées de Kabylie. L’occasion pour la presse algérienne de parler de «la plus importante aide reçue jusqu’ici par l’Algérie». Sans blague?




Le Polisario vient de se rappeler au mauvais souvenir des Algériens en choisissant le moment qu’il ne fallait pas, celui de leur détresse, pour leur proposer son aide, alors qu’à leurs yeux il est le responsable direct d’une grande partie de leurs malheurs.

En effet, les centaines de milliards de dollars dépensés par le régime algérien pour entretenir ce Polisario auraient pu servir à doter tout le pays d’importantes infrastructures et d’octroyer annuellement des milliers d’emplois à ses jeunes, aujourd’hui livrés au chômage et à l’émigration clandestine.

En effet, devant la hausse des voix de plus en plus nombreuses qui critiquent l’argent dépensé et dilapidé par la junte algérienne pour le Polisario, au grand dam des Algériens, la direction du Polisario a décidé de renvoyer des miettes de ce qu’elle reçoit, dans l’espoir d’apaiser la colère de l’opinion publique algérienne.




Le Polisario a ainsi annoncé voici deux jours, mardi 17 août, avoir procédé dans les camps de Lahmada, à une collecte de dons destinés à l’Algérie, sinistrée par les récents feux de forêts de grande ampleur.

Avec un petit lot de tapis, de couvertures, de vêtements usagés et autres aliments en conserves, le Polisario affirme que les Sahraouis des camps ont ponctionné dans les aides internationales, d’ailleurs souvent détournées par les cadors sahraouis et leurs complices algériens, pour les offrir «au peuple qui ne nous a jamais abandonnés dans les moments les plus difficiles et qui nous accueille sur son sol…».

Évidemment, ces miettes, qu’aucun sinistré algérien dans le besoin ne daignera approcher en apprenant leur origine, ont été acceptées avec des trémolos dans la voix par la junte. D’ailleurs, un membre de cette junte a déclaré dans le média du général Nezzar hier, mercredi 18 août 2021, que «l’Algérie est très touchée par ce geste honorable (du Polisario, Ndlr).




Et c’est avec un grand plaisir et une grande émotion qu’elle recevra cette aide symbolique qui est, à nos yeux, aussi importante que toutes celles qui nous ont été octroyées par les pays amis, à l’instar du Koweït qui nous a fourni des véhicules de sapeurs-pompiers et de la Russie auprès de laquelle le ministère de la Défense nationale s’apprête à acquérir quatre gros avions bombardiers d’eau Beriev Be-200 dans des délais très brefs».

Pourtant, face aux moments difficiles qu’ils viennent de traverser, les Algériens ont pu, eux, distinguer entre leurs amis et leurs ennemis. Ils ne comprendront jamais pourquoi leur régime a ignoré l’aide concrète du Maroc, qui a proposé l’envoi immédiat de deux canadairs, pour éteindre les incendies qui venaient d’éclater à grande échelle en Algérie.

Des dizaines de vies humaines et des milliers d’hectares de forêts auraient ainsi pu être sauvés, si cette main tendue une nouvelle fois par le Maroc avait été acceptée.




Ils ne comprendront pas non plus pourquoi leur régime a également ignoré la proposition du gouvernement mauritanien, qui était prêt, selon la presse locale, à envoyer un avion cargo pour acheminer de l’aide à Alger.

Embarrassée par les réactions d’incompréhension dans les réseaux sociaux, la junte s’est fendue, hier, mercredi, à la suite d’un Haut conseil de sécurité, présidée par Tebboune, d’un communiqué aux accents ridicules, où elle accuse le Maroc et Israël d’être les instigateurs des feux de forêts et du meurtre horrible du jeune Djamel Bensmaïl, que la police algérienne a livré en pâture à un groupe en colère, qui l’a lynché à mort et immolé.

Le communiqué de la junte qui accuse le Maroc, sans l’ombre d’une preuve, d’être derrière tous les maux qui mettent à nu l’incompétence du régime algérien, peut être interprété comme une tentative de diabolisation du Royaume, pour justifier la fin de non-recevoir qui a été opposée aux deux canadairs. C’est peine perdue, parce que les Algériens ne sont pas dupes.