Les mésaventures d’un clandestin marocain en Europe

Les mésaventures d’un clandestin marocain en Europe




Un Marocain rêvant d’une vie meilleure en Europe passe par une suite de mésaventures qui l’amène devant le tribunal de Perpignan. Il est en situation irrégulière.




La quête d’une vie meilleure pousse un Marocain, titulaire d’un BAC+3 à rallier l’Europe par voie aérienne.

Première destination : la Turquie. De la Turquie, il se rend en Grèce. C’est le début d’un très long périple. À pied et auto-stop.

Après avoir traversé l’Albanie, le Monténégro, la Bosnie, il rejoint la Slovénie.

Il dépose une demande d’asile. La suite ? Il quitte la Slovénie pour l’Italie. Il se rend en Espagne pour une opportunité de travail.

Ayant des connaissances en France, il rallie parfois les Pyrénées. Un jour, la Police aux frontières (PAF) le contrôle.

Diplômé et sans antécédent judiciaire, le Marocain sera assigné à Perpignan plutôt que d’être placé en centre de rétention dans l’attente de sa réadmission en Slovénie, rapporte L’Indépendant.




Il sera recherché plus tard pour manquements à ses obligations de pointage. Il est entre-temps reparti en Espagne.

Nouveau contrôle. Les gendarmes mobiles en gare de Banyuls-sur-Mer le contrôlent puis l’envoient en rétention administrative.

La juge des libertés devra prolonger cette mesure. D’après son avocat, Poloni, le motif du contrôle n’a pas été précisé sur le PV.

Un PV qui n’a pas été signé. Les agents de la Police aux frontières qui ont contrôlé son client ne l’ont pas non plus contresigné.

Une lueur d’espoir se pointe à l’horizon pour le Marocain.

Il pourra bénéficier d’une relaxe, retourner en Espagne en attendant que sa demande d’asile (en Slovénie) soit recevable.