Maroc: révision profonde de certains manuels scolaires

Maroc: révision profonde de certains manuels scolaires




Après un gel de quelques années, la prochaine rentrée scolaire devrait connaître la révision profonde de certains manuels. Pour les parents d’élèves, c’est la nouvelle qu’ils redoutent à l’approche de chaque rentrée. Plusieurs manuels scolaires vont être révisés à l’occasion de cette rentrée, situation qui, pour certains habitués des manuels d’occasion, est synonyme d’un surcoût non négligeable.




Dans son édition du vendredi 20 août, le journal arabophone Al Massae rapporte que plusieurs manuels scolaires vont connaître une révision en profondeur.

La décision a été prise par le ministère de l’Éducation nationale et vient d’être révélée par la direction chargée des programmes. Ce sont plusieurs niveaux du primaire et du collège qui sont concernés par ces changements.

Comme l’explique le journal, les livres de langue amazigh et d’éducation artistique des 1er, 2ème et 3ème niveau du primaire sont concernés par cette révision, au même titre que les manuels de français et les manuels d’éducation artistique de 5ème et 6ème année du primaire.

Au collège, Al Massae rapporte une révision du manuel de la technologie du 2ème niveau. Selon les informations du quotidien, les nouvelles versions des manuels concernés seront publiées avec de nouveaux titres.

Elles devront être éditées par plusieurs maisons d’édition, sachant que leurs prix de vente ont déjà été fixés.




Comme le rappelle Al Massae, les révisions des manuels scolaires précédentes ne sont pas toujours effectuées dans la sérénité.

Et pour cause, dans certains cas, elles sont intervenues après la rentrée, ce qui avait fait sortir les libraires de leurs gonds. Certains sont allés jusqu’à réclamer des audits des marchés passés par le ministère.

Ceci pour s’assurer de la disponibilité des nouvelles versions sur le marché.

La grogne avait été tellement intense que le département de tutelle avait décidé de geler pour un certain temps les révisions des manuels, sur fond d’accusations parfois graves faisant état de connivence entre certains responsables avec des maisons d’édition.

Al Massae souligne, dans ce cadre, que les libraires avaient déjà rencontré le chef du gouvernement pour faire état de leur mécontentement au sujet de la manière avec laquelle la refonte des manuels est décidée, surtout que certains éditeurs semblaient tirer profit des cas où des révisions ont été décidées en urgence.